Accéder au contenu principal

La ferme des animaux, George Orwell / Quentin Gréban

Connaissez-vous La ferme des animaux ? Au moins de nom, je suppose, car cette œuvre de George Orwell est devenue un classique. Mais l’avez-vous lu ? Si ce n’est pas le cas, je vous conseille vivement cette version où le texte intégral est accompagné par les illustrations de l’artiste Quentin Gréban. 


Par une nuit d’ivresse de Mr Jones le propriétaire de la Ferme du Manoir, Sage l’Ancien, un cochon ayant le respect de tous les autres animaux du lieu, décida de prendre la parole. Il avait fait un rêve où lui revenaient les paroles de Bêtes d’Angleterre, chanté autrefois par sa mère. Il avait très envie d’entonner cet hymne avec ses amis les bêtes ; et souhaitait également évoquer avec eux la tyrannie exercée depuis toujours par les hommes sur les animaux. Le Sage mourut peu de temps après son discours, mais ses paroles avaient éveillé les consciences. Le soulèvement était proche. Il fut initié par trois cochons, Napoléon, Boule de neige et Brille-Babil. Ils chassèrent le fermier et sa femme de l’exploitation. Dorénavant, la gestion de la ferme se ferait par les bêtes elles-mêmes ; et l’on renomma le lieu Ferme des Animaux. Pour que cette vie en autonomie se passât au mieux, l’élite des cochons promulgua sept commandements, dont le premier d’entre eux était : « Tout deuxpattes est un ennemi » et le dernier « Tous les animaux sont égaux ». Les animaux ne ménagèrent pas leur peine, les journées étaient rudes, mais ils étaient satisfaits de ne travailler que pour eux-mêmes. Malheureusement, rapidement, des tensions se firent sentir. Napoléon fit de Boule de neige son ennemi tout désigné, l’évinça, et prit la tête du mouvement. Avec l’aide de Brille-Babil, le beau-parleur, il soumit les bêtes de la ferme à ses ordres, les obligeant à des travaux harassants. Peu à peu, les commandements évoluèrent jusqu’à devenir « Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres »…  

Des animaux se révoltent, chassent les hommes, et prennent le pouvoir. Voilà comment, de manière bien réductrice, on pourrait résumer le texte si l’on se contentait d’une lecture littérale. Mais rapidement, on se rend compte que ce roman, écrit en 1945 par George Orwell, est bien plus que cela. La Ferme des animaux est, en fait, une satire des régimes autoritaires, et plus particulièrement une critique du régime soviétique. Ce texte est devenu un classique. Il est parfois un peu « effrayant » pour les ados de se plonger dans des romans, comme celui-ci, entrés dans le patrimoine culturel. Les versions illustrées peuvent donc être un bon moyen pour eux de les découvrir. Elles conservent le texte intégral, et les illustrations enrichissent le texte. Les éditeurs en publient de plus en plus. Je vous avais notamment parlé de la version illustrée de l’un d’un Sherlock Holmes, d’Arthur Conan Doyle ici. Cette année, plusieurs sont également sorties autour de l’œuvre de Maurice Leblanc et de son Arsène Lupin. Souvent, dans ces ouvrages, les illustrations sont d’une très grande qualité. C’est, bien sûr, le cas ici. Quentin Gréban est un illustrateur de grand talent, et on n’est jamais déçu par son travail. De plus, cette fable animalière se prête tout particulièrement à une mise en images. 
Un très bel ouvrage à offrir aux ados dès 15 ans, et qui pourra également faire plaisir à un lecteur adulte, qui le trouvera sous le sapin. 


La ferme des animaux, texte de George Orwell, illustré par Quentin Gréban, Mijade, 2021

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à