Accéder au contenu principal

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir. 



A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé. 
Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler. 


Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume. 


C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration montrant Ernest câlinant Célestine, sur fond blanc, le tout entouré d’un cadre doré, ainsi que le titre, l’autrice et la collection en lettres dorés, également.  

Plongeons dans cette première histoire, afin de découvrir ou redécouvrir ces deux merveilleux personnages. 

Ernest, le grand ours, et Célestine, la petite souris, partent se promener dans la neige en compagnie de Siméon, le compagnon de cette dernière. Malheureusement, lors de la balade, Célestine perd Siméon. Le soir tombe et il fait froid, les deux amis doivent se résoudre à rentrer sans la peluche. La petite souris est en colère et triste. Ernest a beau lui offrir tous les doudous de la boutique, Célestine reste inconsolable. C’est Siméon qu’elle veut. A quelques jours de Noël, l’ours ne peut laisser la petite souris dans le chagrin ; c’est alors que lui vient une idée… 
Ernest et Célestine, c’est beau, c’est doux, c’est triste et gai, à la fois … Juste quelques mots, de grandes illustrations, et nous voilà embarqués dans l’univers de Gabrielle Vincent. Le récit est entièrement dialogué : un échange entre les deux personnages, en légende des illustrations qui occupent toute la page. Il faut prendre le temps de lire les mots autant que de regarder les images, car elles ont beaucoup à nous dire. D’ailleurs, dans la scène centrale, au moment où Siméon est perdu, il n’y a même pas de mots, la scène n’est pas verbalisée. Les mots, c’est presque nous qui aurions envie de les crier : « Ernest, Célestine, retournez-vous, regardez, vous avez perdu Siméon ! ».  Dans les scènes en extérieur, comme celle-ci, place est laissée aux personnages sur le fond blanc enneigé ; au contraire dans les scènes en intérieur, l’espace est encombré de détails qu’il faut prendre le temps de fouiller du regard. Il faut également laisser le temps à son regard de circuler sur la page car l’artiste joue beaucoup sur les plans. Le travail du trait est vraiment ce qui caractérise le travail de Gabrielle Vincent. Mais la couleur à l’aquarelle a également, toute son importance. Par ses teintes pastel, éteintes et un peu désuètes, elle souligne la tendresse qui unit les deux personnages. Ernest et Célestine, tous les opposent ; et pourtant, ils sont rassemblés par l’amour qu’ils se portent. La colère de la petite souris ne résistera d’ailleurs guère à l’énorme affection de l’ours. Le livre est porteur de belles valeurs : amour, partage, importance des petits bonheurs et des grandes joies loin du matérialisme …  Le tout sur fond de fêtes de Noël. Forcément, on ne peut résister. Dans le travail de Gabrielle Vincent, comme dans tout beau livre de littérature de jeunesse, ce sont texte et image qui produisent le sens, faisant résonner en nous l’émotion. Petit ou grand, chacun se reconnaîtra dans ces personnages, ce qui fait sans nul doute, le succès de la série. 


Ernest et Célestine, comment tout a commencé, de Gabrielle Vincent – Casterman - 2021
Dès 6 ans
Ernest et Célestine, mon premier imagier, d’après Gabrielle Vincent – Casterman - 2021
Dès 12 mois
Mon cahier d’activités Ernest et Célestine, d’après Gabrielle Vincent – Casterman - 2021
Dès 3 ans



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Francisco, de Perceval Barrier

      Francisco est le pompiste d’une station-service, située en plein désert. Du passage, il n’y en pas beaucoup, et cela lui convient très bien. En tant que chat sauvage, il aime la solitude. Ce soir-là, il fait le plein, pour la famille Lapin, la maman et ses trois enfants. Ils partent pour la mer, et ne vont pas trop s’attarder à la station ; sauf que, problème, la voiture ne redémarre pas. A la nuit tombée, la famille est toujours là, et le pompiste ferme boutique. Les malheureux se résignent à dormir dans leur voiture, jusqu’à ce que le chat les invite cordialement à rejoindre son appartement sous la station. Les lapins investissent le lieu avec joie, bousculant les habitudes du grincheux. Pour son plus grand plaisir ? En re-demandera-t-il ? Nous, on l’adore, ce Francisco, avec son allure de chat grognon. On le brosserait bien dans le mauvais sens du poil, pour le faire rigoler. Finalement, c’est un peu ce que fait la famille Lapin, en le sortant de sa solitude : elle lui se