dimanche 26 novembre 2017

Rencontre avec ... Enrick Barbillon et Carole Billiout, du magazine Kezako Mundi.


          Il y a quelques mois, j’ouvrais ici une nouvelle rubrique « Rencontre avec … », où je vous proposais de découvrir un auteur, un illustrateur, un éditeur …


Après vous avoir présenté une auteur, je vous propose de partir à la rencontre d’Enrick Barbillon et de Carole Billiout, respectivement directeur de la publication, et rédactrice en chef, du magazine Kezako Mundi, dont je vous parlais ici, en septembre dernier.
Merci à eux d’avoir répondu à mes questions, pour que vous fassiez leur connaissance.



Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Enrick Barbillon : Je suis psychologue social. J’exerce cette profession de plusieurs façons. J’enseigne à l’Université et dans plusieurs écoles supérieures ; j’interviens auprès d’entreprises ou d’association pour former les professionnels aux problématiques humaines au travail ; enfin, j’interviens également dans ces mêmes organisations en qualité de consultant. En plus de cette profession, j’ai créé en 2007, une maison d’édition : Enrick B. Editions.

Carole Billiout : Je suis juriste de formation. Je n’étais donc pas spécialement prédestinée à devenir journaliste, mais par chance, une maison d’édition recherchait justement une personne à la fois littéraire et ayant des connaissances juridiques pour rendre le droit, la loi et l’actualité accessibles aux jeunes âgés de 10 à 15 ans. Je me suis ainsi occupée du magazine Citoyen junior pendant 4 ans. C’était l’occasion idéale de joindre ma passion pour l’écriture/la lecture (indissociables pour moi) et le droit !


Qu’est-ce qui vous a amené à créer / à travailler pour Kezako Mundi ? Quelles étaient vos envies et attentes ?

C. B. : Mon expérience au sein de la rédaction de Citoyen junior m’a confirmé mon attrait pour l’écriture et le monde de la presse et de l’édition. Aussi, lorsque cette première immersion dans l’univers de la presse jeunesse s’est terminée pour moi et qu’Enrick m’a proposé de créer un magazine de A à Z, comment refuser de participer à cette toute nouvelle aventure !

E. B. : Le magazine Kezako Mundi a été créé pour donner des clés de compréhension de la société à nos jeunes lecteurs. Tous les jours, nous sommes confrontés à une multitude d’informations. Ces informations vont très vite, sont peu creusées et l’arrivée de l’information suivante chasse la précédente de telle sorte que l’on ne comprend pas toujours très bien les tenants et les aboutissants ainsi que les enjeux de ce qui se passe autour de nous.
Nous avons souhaité créer un magazine s’adressant aux jeunes, avec une mise en page graphique attractive, des illustrations leur étant destinées (et qui plaisent aussi beaucoup aux parents), mais en essayant de traiter les sujets de société sans chercher à les simplifier à outrance. Nous cherchons à rendre compréhensible et intelligible les sujets que nous traitons sans toutefois les dénaturer. Ce qui permet à nos lecteurs de mieux comprendre le monde environnant, la société dans laquelle ils évoluent, de se forger leurs propres opinions grâce à la mise en opposition de plusieurs points de vue sur un même sujet… et ainsi de devenir des citoyens responsables, conscients des enjeux de société.


Pourquoi avoir choisi d’écrire pour les adolescents ?

E. B. : Les adolescents sont dans une phase spécifique de leur développement les invitant à se poser une multitude de questions. Nous avons souhaité nous adresser directement à un public que l’on prend trop souvent encore pour des enfants, mais qui se pose, pourtant, des questions d’adultes.

C. B. : Pour nous, le propos devait être fouillé et en même temps accessible. Pour cela, se mettre à la place des adolescents est idéal. Rendre intelligible des notions, des principes, des questions complexes est un travail qui nous est apparu d’emblée passionnant.


Quelle place pour Kezako dans la presse jeunesse ?
C. B. : Des magazines fouillés existent pour cette tranche d’âge, mais ils sont souvent spécialisés en sciences ou en Histoire par exemple. Nous souhaitions aborder les questions de société sous un angle assez large, en puisant dans de nombreuses disciplines : Histoire, droit, psychologie… Par rapport à certains autres magazines pour ados, nous souhaitions aussi nous différencier en proposant un contenu qui ne serait composé ni de brèves, ni d’articles à connotation people.

Quel est le rôle de l’éditeur ? De la rédactrice en chef ?

E.B. : L’éditeur, ou le responsable de la maison d’édition, dans notre cas, est aussi le directeur de la rédaction, c’est-à-dire la personne responsable du contenu du magazine. A ce titre, et de façon conjointe avec la directrice de la rédaction, nous fixons la ligne éditoriale du magazine. Pour ma part, je relis aussi tous les articles avant parution afin d’indiquer certaines corrections nécessaires dans le respect de la ligne éditoriale. Par exemple, certains de nos auteurs peuvent vouloir traiter certains articles de façon militante ou développer plus un point de vue qu’un autre. Je cherche donc à être le garant de la ligne que nous nous sommes fixés.

C. B. : Le rôle d’une rédactrice en chef varie selon la taille de la structure. Dans tous les cas, il s’agit de coordonner les activités des différents collaborateurs : auteurs, illustrateurs, maquettiste… Pour Kezako mundi, comme nous sommes une petite équipe, j’ai d’autres attributions que n’ont pas toujours les rédacteur(trice)s en chef, entre autres, de la rédaction, des tâches de relecture, ponctuellement la participation à des salons… Ce qui me plaît le plus dans ce métier, c’est le fait de devoir sans cesse réfléchir à de nouvelles façons d’intéresser les lecteurs aux questions qui agitent notre monde et d’être en contact avec des personnes venues d’horizons très divers (auteurs, éditeurs, illustrateurs, enseignants, lycéens, journalistes, attachés de presse, personnalités politiques…).  


Un regard sur la littérature en général ? La littérature de jeunesse, en particulier ?

C. B. : Nous avons dans le magazine une rubrique Kezako news dans laquelle nous recensons notamment les ouvrages jeunesse qui s’adressent à nos lecteurs et qui traitent de sujets de société. Aussi nous tenons-nous informés des ouvrages qui sortent, des petites pépites ou O.V.N.I. littéraires proposés par les éditeurs jeunesse.
Ce domaine, allant de la petite enfance à la littérature pour ados, est d’une richesse incroyable, tant graphiquement qu’au niveau du contenu. C’est pour cette raison que nous avons à cœur de partager avec nos lecteurs les sorties qui nous ont interpellés, nos coups de cœur. Nous souhaitons aussi par ce biais leur montrer à quel point lire peut être enrichissant, plaisant et en aucun cas rébarbatif ! Nous avons même organisé en 2016 le prix Kezako de la littérature jeunesse afin de mettre en avant le travail des éditeurs, auteurs et illustrateurs jeunesse.


Ici on aime parler du« local», de la Touraine. Si je vous dis Région Centre Val de Loire / Touraine. Ça vous parle ? Que cela vous évoque-t-il pour vous ?

E.B. : La région centre m’évoque mon enfance, dans le Loir-et-Cher, d’abord à Villefranche-sur-Cher, où j’ai grandi jusqu’à mes 12 ans, puis à Romorantin où je suis allé au collège (Maurice Genevoix) et au Lycée (Claude de France).
La Touraine correspond à la suite de mon histoire personnelle : l’entrée en faculté de psychologie aux Tanneurs, la vielle ville, les soirées étudiantes, des rencontres formidables, des amitiés fortes.
Aujourd’hui je vis à Paris et je regarde mon enfance, mon adolescence et ma vie de jeune adulte en région Centre parfois avec nostalgie. Cette région est extrêmement riche culturellement. Je pense à Descartes, Rabelais, Genevoix, Ronsard, Balzac, Anatole France, mais aussi à la gastronomie, à l’architecture formidable.

C. B. : Cette région me parle et pour cause, j’en suis originaire et, bien que je l’aie quittée il y a de nombreuses années, j’y reste très attachée. J’ai effectué une partie de mes études à Tours, une ville dynamique culturellement parlant et avec, entre autres, de très belles librairies ! Et aux alentours, des éditeurs jeunesse avec des productions originales et attrayantes.


Encore MERCI à eux.


Et rendez-vous très bientôt pour de nouvelles rencontres.




mardi 21 novembre 2017

La course en livre, de Claude Ponti


Quand arrive un nouveau « Claude Ponti », on se demande toujours quelle surprise, il va nous réserver.

Et celui-ci ne manquera pas de vous surprendre.



Et cela dès la réception ! Un livre pour des 5 ans, aussi épais ? Et ces pages rouges ? Etonnant !

Ouvrons le livre. Oh ! Un poussin, bien sûr.

Un poussin qui court. Bien entendu, puisque « c’est une course dans un livre ». Il court dans tous les sens ; et nous retourne les sens.

"Ce poussin, il est libre comme l’air que l’on respire dans les livres".



L'auteur nous pousse à toute une série d’interrogations sur l’univers du livre. 

Faudra-t-il chercher à démêler le vrai du faux, le faux du vrai ?
Non !

Le texte ? L’image ? Quel sens faut-il leur donner ? Mettront-ils en alerte tous nos sens ? 

Allons-nous à contre-sens ? Ou peu importe le sens ?

Nous en perdons le sens !



De toute manière, « impossible d’être prisonnier d’un livre ; on en sort quand on veut ».
Et quand le livre est fini ? « Hop ! Demi-tour » !


Tout l’univers à la Ponti, parfois déroutant, pour les non-initiés. Mais tellement succulent lorsque l’on sait s’y plonger.




Et si vous voulez en voir un peu plus, une petite vidéo sympa : 
 



Titre : La course en livre               Auteur : Claude Ponti
Editeur : L’école des Loizirs ( !!!)
Date de première parution : 15 novembre 2017


*Merci à L'Ecole des Loisirs





 Je participe à "Chut, les enfants lisent!" : http://www.devinequivientbloguer.fr/




samedi 11 novembre 2017

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta


      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre.
C’est un petit trésor.



La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants.
Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations.

«La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  »

Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ?

C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flonflon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ?
L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela.
Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probablement cette toute petite lueur d’espoir, qui brille, là-bas, au loin …


Flonflon, Musette. On en parle du nom des personnages enfantins ? Cela fait penser à la joie, au bonheur, aux jolis moments. Tout le contraire de la guerre. Mais les enfants ne sont-ils pas, eux aussi, finalement, tout le contraire de la guerre ?


Je pourrais encore vous parler longtemps de ce livre : du cadrage des illustrations, à travers une fenêtre, des techniques utilisées et des nuances de blanc/beige ; ou bien du texte, et de ces mots à la fois simples et forts.
Mais je ne vous en dirais pas plus, sur ce livre ; car il vous faut le découvrir. C’est une merveille.



Bien entendu, en tant qu’adulte, vous n’aurez pas la même lecture que les enfants. Et si vous êtes comme moi, ce livre, il vous « prendra aux tripes », et vous mettra les larmes aux yeux.



C’est un chef d’œuvre classique à avoir  absolument dans sa bibliothèque.


Bonne lecture !


Dès 6 ans

Titre : Flonflon et Musette
Auteur : Elzbieta
Editeur : L’Ecole des Loisirs         Collection : Pastel
Date de première parution : 1993


dimanche 5 novembre 2017

Thésée, comment naissent les légendes, d'Yvan Pommaux


La mythologie, que d’aventures !

Adolescente, collégienne, j’ai appris le latin. C’est à cette époque, que j’ai découvert la mythologie. Cela m’a passionnée !

Quand j’ai découvert ce livre, Thésée, je me suis dit « Chouette de la mythologie » et « Re-chouette Yvan Pommaux » ! Ce livre ne pouvait que me plaire ! Et effectivement, il m’a plu.



Cet album traite du personnage de Thésée. Vous retrouverez plusieurs légendes qui lui sont liées dont des très connues comme celle du Minotaure et de son labyrinthe, sans oublier le fil d’Ariane.  Mais pas que … Le livre d’Yvan Pommaux est riche. Vous apprendrez sûrement des choses que vous vous ignoriez encore. Vous saviez, par exemple, qu’il est l’inventeur de la démocratie ?



La mythologie et son entrelacs d’histoires n’est pas des plus simples à intégrer. Tous les personnages et toutes les légendes sont liés !

Dans ce livre des noms comme Zeus ou Poséidon, des histoires, se rappelleront d’ailleurs surement à vos oreilles.

D’autre part, avouons-le la mythologie c’est un peu « amour, sexe et rock’n roll » … euh, pardon « sang, sexe et barbarie » !



Pas facile !

Mais l’écriture d’Yvan Pommaux et le fait que ce livre soit un album, et qu’il possède, par conséquent, des illustrations, donnent une certaine lisibilité à ce qui au premier abord, est assez complexe. Sans pour autant, rogner sur les détails. Un vrai tour de force !



Qui dit album, pourrait laisser croire à un livre s’adressant aux plus jeunes. Erreur, ne vous y trompez pas, il existe des albums pour les plus grands et celui-ci en fait partie. Pour les raisons évoquées, plus haut, bien entendu.



Lancez-vous dans la lecture de cet album avec votre grand ; et pourquoi pas allez découvrir les autres de cette série : Ulysse, Œdipe, Orphée …


  
Titre : Thésée, comment naissent les légendes
Auteur : Yvan Pommaux
Editeur : L’école des Loisirs
Date de première parution : 2007



----------------------------------------------------------------------------------------------------


JEU / Le labyrinthe du minotaure

En octobre, « L’école des Loisirs » et « Playbac » ont sorti un jeu, appelé "Le labyrinthe du Minotaure".

Ce jeu s’inspire de la légende du Minotaure, et reprend les illustrations de l’album d’Yvan Pommaux.



Qui sera le premier à sortit du labyrinthe infernal imaginé par Dédale, et sans rencontrer le Minotaure ?

Le principe du jeu 
Il faut lancer le dé puis réaliser des actions : poser des tuiles, avancer ou bloquer ses adversaires. Mais attention, un de vos adversaires peut vous demander d’affronter le Minotaure en duel, et dans ce cas, vous risquez de repartir au point de départ.



C’est un jeu de stratégie.
Par conséquent, 7 ans est effectivement l’âge minimal. Jouer avec des enfants, d’âge collège, peut être plus intéressant. C’est d’autant plus sympa, lorsque l’on peut faire avec son enfant le lien avec l’album et les légendes mythologiques.

Sur le jeu, il est indiqué de 7 à 107 ans. Et effectivement, même, entre adultes, vous passerez une bonne soirée autour de ce jeu.



Un petit « moins » : la règle du jeu est assez minimaliste. On ne sait même pas à qui correspondent les pions/personnages. Il aurait peut-être été intéressant de rajouter quelques lignes à ce sujet.
Mais ce n’est pas essentiel et cela ne vous empêchera pas de jouer.


Bonne lecture et bon jeu !