mercredi 17 août 2016

Premier matin, de Fleur Oury


Aujourd’hui, je reviens avec un album sur la rentrée des classes : Premier matin.



Alors, oui, je sais, je vous entends déjà dire que vous avez envie de parler de vacances, de soleil, de farniente et d’enfants qui court dans le jardin ; mais pas de rentrée ! Moi aussi, dans le fond !
Mais la rentrée, ça se prépare. D’autant plus, quand on a des petits loups un peu récalcitrants. Alors, pensons-y  et parlons-en !



Cet album, c’est l’histoire d’un Petit Ours, qui le jour de la rentrée, n’a pas tellement envie de se lever. Il est envahi de craintes par rapport à ce qui pourrait se passer à l’école. Mais, tout au long du chemin vers la classe, Grand Ours le rassure posément. Petit Ours finit donc par arriver serein à l’école.



Le texte de l’album se décompose en deux parties distinctes : d’abord, l’enfant parle ; puis le parent efface une à une ses peurs. 

«  -Mais ça se fera en douceur. »

D’ailleurs, dans cet album, on ne sait pas si Grand Ours est le papa ou la maman, ou même quelqu’un d’autre. J’aime bien. Cela laisse la place aux petits lecteurs de se faire son idée.

Mais attention dans cet album, il n’y a pas que le texte qui parle, les illustrations aussi. Beaucoup de choses sont dites à travers les images. Le réconfort de Grand Ours ne passe pas uniquement par ce qu’il dit mais aussi par ce qu’il fait avec son enfant.



Et si on en parlait davantage des illustrations ? Elles sont très originales, loin de ce que l’on peut voir dans les parutions récentes. Toutes les illustrations sont réalisées aux feutres. Cela donne un petit côté enfantin et rétro. On a même l’impression qu’elles ont été faites directement sur le livre. On se dirait même : Tiens, moi aussi, je pourrais dessiner de jolis ours avec des feutres … Même si en fait, absolument pas !

Ne vous contentez pas de regarder les ours et autres animaux, la représentation des végétaux est elle aussi particulièrement aboutie. On ressent tout l’amour de l’illustratrice pour la nature.

A qui s’adresse cet album ? Je le conseillerais pour un enfant qui connaît déjà l’école (élève de moyenne section ou grande section, par exemple) et qui n’a pas vraiment envie d’y retourner, qui a besoin d’être rassuré. Cet album saura le faire, tout en douceur. Et soyez, comme Grand Ours, le parent rassurant et posé, qui le guidera.



Fleur Oury a sorti en juin un nouvel album, intitulé Même pas peur. J’ai hâte de le découvrir.


Petit clin d’œil aux collègues instit’ :
Il n’y a pas que pour les enfants que la rentrée approche ; pour nous aussi ! Alors, je vous souhaite plein de courage pour vous remettre au boulot !
J’espère vous avoir permis de découvrir un nouvel album, parmi la large palette de ceux parlant de la rentrée. ;-)
Dès 4 ans


Titre : Premier matin
Auteur/Illustrateur : Fleur Oury
Editeur : Les Fourmis rouges     
Date de première parution : 2015

samedi 13 août 2016

Le doudou qui parle, de Frédéric Kessler et Elisa Gehin




Un doudou, quel bonheur, qu’un doudou !

Eh, bien, ce petit album, il parle de doudou. Mais attention, pas de n’importe quel doudou, entassé dans le coin de la chambre. Non, de l’ami, le seul, l’unique. 

Mais une question se pose pour Léa, la petite fille de l’histoire. Alors, comme son doudou, il parle, elle l’interroge :

«  Dis-moi, doudou-qui-parle,  demande Léa, pourquoi t’es MON doudou ? »

Facile ! Il sent le doudou ; il est très doux ; il est un peu beaucoup décousu ; il a été choisi entre mille doudous et ne pourrait être échangé et surtout … il permet de s’endormir tout de suite quand on le prend dans ses bras.



C’est simple, tout est dit ! Rajouter à cela la « patte » de l’illustratrice Elisa Gehin pour le graphisme des images. Et vous avez, un livre parfait qui leur parle du personnage qui compte le plus pour eux, leur doudou !

A lire et relire, avec plaisir.

Dès 2/3 ans


Titre : Le doudou qui parle
Auteur : Frédéric Kessler             Illustratrice : Elisa Gehin
Editeur : Actes Sud Junior                       Collection : Encore une fois
Date de première parution : 2013

mercredi 10 août 2016

La pomme rouge, de Kazuo Iwamura


Aujourd’hui, je reviens avec un petit livre de K. Iwamura : La pomme rouge.



J’aime beaucoup la littérature de jeunesse japonaise. C’’est toujours empreint d’énormément de poésie. Et leurs illustrateurs ont beaucoup de talent.


La pomme rouge, c’est l’histoire d’une petite fille qui monte sur une colline avec une belle pomme rouge. Elle aimerait la manger, mais la pomme se met à rouler. Elle essaie de la rattraper, elle lui demande de s’arrêter mais la pomme continue à rouler. Dans sa folle descente de la colline, la pomme rencontre divers animaux qui finissent par rouler avec elle, ainsi que la petite fille. Leur course s’arrête lorsqu’il percute un gros ours. Tous ont envie de croquer cette pomme qu’ils décident d’aller partager en haut de la colline. Ils plantent les pépins de la belle pomme qui a été croquée afin de voir pousser en haut de la colline un pommier aux belles pommes rouges.

« Oh, que c’est délicieux ! »

Ce qui m’a séduite dans ce petit livre, ce sont …

… les illustrations. Uniquement en noir et blanc (au fusain ou au crayon ?). Sauf la belle pomme, rouge ! Jusqu’aux dernières pages. Et là, quand les pépins sont plantés,  le ciel s’illumine de rouge. Très joli.

… l’harmonie des mots.

… les valeurs d’amitié, d’entraide et de partage.



















Petit clin d’œil aux collègues instit’ :

L’album fait partie de la sélection du Ministère de l’éducation nationale.

L’école des Max/Ecole des loisirs propose des pistes pédagogiques pour travailler en classe sur cet album.


 Dès 2 ans. 


Titre : La pomme rouge
Auteur : Kazuo Iwamura
Editeur : L’école des Loisirs
Date de première parution : 1979 (pour la version originale) – 2010 (en langue française)