Accéder au contenu principal

L'histoire d'Erika, de Ruth Van Der Zee et Roberto Innoncenti, Editions d'Eux

Dans cette chronique, comme dans celle qui suivra, je vous propose un livre ayant pour thématique la Seconde Guerre mondiale. L’actualité nous fait, malheureusement, toucher du doigt que la guerre n’est jamais loin. On ne le dira donc jamais assez : il est important de comprendre le passé pour pouvoir construire l’avenir. Découvrons ensemble l’histoire d’Erika

L’histoire d’Erika, de Ruth Vander Zee et Roberto Innoncenti, D’eux, 2021(Dès 10 ans) 


La narratrice est née en 1944. Mais elle ne saurait dire ni la date d’exacte ni son lieu de naissance, ni même son prénom ou celui de ses parents. En effet, elle nous raconte ici comment sa mère qui se trouvait dans un convoi de la mort vers un camp d’extermination nazi l’a jetée par l’ouverture d’un wagon pour que quelqu’un la récupère, et ainsi lui sauve la vie. 




Sur le chemin qui la menait à la mort, ma mère m’a lancée vers la vie.  


Voici une petite pépite qui m’a touché en plein cœur. Certains connaissent peut-être déjà cette histoire qui avait été éditée il y a quelques années sous le titre L’étoile d’Erika. Les éditions d’Eux ont estimé qu’il était important de publier ce livre à nouveau, ce qu’ils ont donc fait en 2021 à travers une nouvelle traduction, un nouveau graphisme et un nouveau titre. Cet album se caractérise par l’emboîtement de deux narrations : à la première page, la narratrice qui dit « je » n’est pas Erika, mais l’autrice elle-même. Elle nous laisse entendre (croire ?) qu’elle a rencontré Erika dans les années 90 et qu’elle n’est ici que pour retranscrire ses mots ; s’en suit alors le récit d’Erika (lui aussi raconté à la première personne). Cette intervention de l’autrice permet une mise à distance, nécessaire, compte tenu de la thématique abordée avec le jeune lectorat. Ces informations données, nous pouvons alors nous plonger dans le témoignage d’Erika vieille femme revenant par les mots à l’époque où elle n’était qu’un nourrisson. Le récit d’Erika se présente comme une suite de questions auxquelles elle tente de répondre pour reconstruire sa propre histoire. Il sera dès lors question d’identité, de construction personnelle, de résilience ; le tout à la hauteur du jeune lecteur. La plupart des illustrations sont en noir et blanc uniquement relevées d’une touche de jaune (mettant en évidence l’étoile de David des personnages) dans un style très réaliste. Toutefois, les visages des personnages ne sont jamais montrés. Ces êtres ne sont pas arrivées dans les camps qu’elles sont déjà des anonymes dans la foule des malheureux, des numéros comme ceux qu’on le leur tatouera sur le bras. Sans nul doute, la force des mots et des images laissera une trace dans votre mémoire et dans votre cœur de l’histoire d’Erika. 

Si cette thématique vous intéresse, je vous conseille un autre album pépite : Otto, autobiographie d’un ours en peluche, de Tomi Ungerer

Bonne lecture. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son