Accéder au contenu principal

Otto : autobiographie d'un ours en peluche, de Tomi Ungerer


A quelques jours des commémorations de l’armistice du 8 mai 1945 (et en cette période électorale), je reviens avec un album, qui devrait faire réfléchir grands et petits lecteurs.


Cet album, c’est : Otto, autobiographie d’un ours en peluche



Oui, oui, autobiographie, car c’est un bien un ours en peluche qui nous raconte son histoire !

Cette histoire, elle commence en Allemagne, où il se fait fabriquer, et où il est offert à un petit garçon, prénommé David. Celui-ci, et son ami Oskar, passent leur temps à jouer, avec ce nounours, qu’ils ont baptisés Otto. Ils entreprennent même de lui apprendre à écrire mais le macule d’une tâche d’encre violette.

Un jour, David revient avec une étoile jaune sur sa veste. Vous noterez que le prénom de David n’est certainement pas un hasard. La maman d’Oskar explique :

 « Les juifs sont différents, ils ont une autre religion, le gouvernement est contre eux et leur rend la vie très difficile. C’est injuste et très triste, on les oblige à porter cette étoile pour les reconnaître.»

Puis, des hommes en manteau de cuir noir viennent chercher David et sa famille. David confie alors son ours à son ami Oskar. Puis c’est au père d’Oskar de partir pour la guerre.



La ville vit sous les bombardements. De nouvelles aventures commencent alors pour Otto : il sauve un soldat noir, un GI, qui décide de le garder et de l’emmener aux USA ; où il l’offre à sa fille. Là-bas, Otto va vivre la haine envers les noirs, à travers sa nouvelle petite propriétaire. Pour finalement être mis aux ordures, par de sales gosses, avant de se retrouver, par une série de hasards, dans la vitrine d’un antiquaire.


Mais son histoire ne se termine pas là. Après des années, il y est reconnu par le vieil Oskar. Ils font la une des journaux avec leur aventure incroyable. C’est ainsi que David les reconnaît et les retrouve.

Après s’être raconté les horreurs de la guerre (camp de concentration, chambre à gaz, bombardements …), ils décident de vivre tous les trois, ensemble, et enfin réunis.


Mon avis 

Une histoire touchante, qui permet d’aborder avec les plus jeunes un épisode de notre Histoire : la Seconde Guerre Mondiale.
Tomi Ungerer n’occulte aucun détail sur ce que fut cette époque.  Le fait que l’histoire soit racontée par l’ours en peluche permet un certain détachement du jeune lecteur. Peut-être nécessaire.



Otto, c’est :

Un livre, qui participe au devoir de mémoire : ne pas oublier, pour éviter au maximum de voir réapparaitre les horreurs.

Un livre, porteur de valeurs, notamment de celle de l’amitié, qui se fiche de la couleur et des religions.

Un livre, porteur d’espoir.


Ce chef d’œuvre sera sans nul doute, l’occasion de discussions entre adultes en enfants.




Un des meilleurs albums, du grand Tomi Ungerer.


Lisez ce livre. Et offrez- le, à des enfants comme à des adultes. Partagez.


Dès 9 ans


Titre : Otto, autobiographie d’un ours en peluche
Auteur : Tomi Ungerer        
Editeur : Ecole des Loisirs
Date de première parution : 1999



Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bulle d'été, de Florian Pigé

L’été s’échappe déjà, et vos enfants et vous-même cherchez à en saisir les derniers instants … Alors, cet album sera votre lecture favorite des prochains jours.


Un petit garçon, livré à lui-même depuis le début de l’été, vaquent à ses occupations habituelles, en ces derniers jours de vacances. Le programme est toujours le même : repêcher les petites créatures tombées dans la piscine, regarder des films, dessiner ; puis nourrir les chats du quartier avec sa cape de super-héros sur le dos, aller chercher son goûter à la boulangerie à vélo, laisser libre-court à son imaginaire. Et parfois, une belle surprise, une chance même : croiser la belle Lily, dont il ne connaît que le prénom, car il est bien trop réservé pour l’aborder. Il aurait encore tant de choses à faire ; mais, demain, c’est la rentrée. Voilà, c’est le grand jour. Déception, pas de visage connu, dans la classe ! Mais après tout, personne n’est à l’abri d’une bonne surprise…



Un livre sur la rentrée ? Un livre sur les vacances ?…

Inclood, ou comment rendre la littérature de jeunesse accessible à tous.

Il y a peu de temps, j’ai découvert l’application Inclood. C’est une application gratuite, qui propose une lecture bilingue français- langue des signes, en scannant les pages du livre papier.
L’application est facile d’utilisation. L’enfant doit simplement survoler chaque page. Quand une bulle apparaît, il clique. Une personne signe ensuite l’histoire, pour les sourds et les malentendants. L’histoire est également dite, et accompagnée d’un fond musical, pour les entendants.

Inclood collabore avec L’école des Loisirs, et donne donc accès à des livres de qualité. Nous avons testé  C’est moi le plus fort  de Mario Ramos. Vous pouvez également retrouver : Cornebidouille, Grosse colère … Des classiques pour tous.



Une belle initiative que je voulais saluer et vous faire découvrir. Quand le numérique devient un outil au service de la personne en situation de handicap, je dis : Bravo !

Vacances d'été, de Mori

Les vacances se terminent, la rentrée approche. On range les valises, on ressort les cartables. Mais, peut-être, êtes-vous comme moi ?! Pour prolonger un peu les vacances, j’adore compiler nos photos dans des albums-souvenirs.
« En souvenir de ce qui s’est passé et qu’on ne veut pas oublier. »
Voici la première phrase de l’album « Vacances d’été ». Une deuxième phrase vient clôturer l’album ; et entre les deux, une série d’illustrations. Comme dans un album-photos, les images se succèdent, nous racontant l’été d’une petite fille et de son chat, qui posent juste avant le « clic-clac ». Ses instantanés d’été parleront à tous, tant ils sont universels : manger une glace, faire du vélo, mettre les pieds dans l’eau, voir un feu d’artifice, aller au parc … Un concentré de petits bonheurs !


Comme souvent dans la littérature asiatique, on retrouve beaucoup de douceur et de poésie. Mori a su capter les moments simples de la vie, ceux qui font nos souvenirs et qui nous touchent. Les illustrations…