Accéder au contenu principal

Otto : autobiographie d'un ours en peluche, de Tomi Ungerer


A quelques jours des commémorations de l’armistice du 8 mai 1945 (et en cette période électorale), je reviens avec un album, qui devrait faire réfléchir grands et petits lecteurs.


Cet album, c’est : Otto, autobiographie d’un ours en peluche



Oui, oui, autobiographie, car c’est un bien un ours en peluche qui nous raconte son histoire !

Cette histoire, elle commence en Allemagne, où il se fait fabriquer, et où il est offert à un petit garçon, prénommé David. Celui-ci, et son ami Oskar, passent leur temps à jouer, avec ce nounours, qu’ils ont baptisés Otto. Ils entreprennent même de lui apprendre à écrire mais le macule d’une tâche d’encre violette.

Un jour, David revient avec une étoile jaune sur sa veste. Vous noterez que le prénom de David n’est certainement pas un hasard. La maman d’Oskar explique :

 « Les juifs sont différents, ils ont une autre religion, le gouvernement est contre eux et leur rend la vie très difficile. C’est injuste et très triste, on les oblige à porter cette étoile pour les reconnaître.»

Puis, des hommes en manteau de cuir noir viennent chercher David et sa famille. David confie alors son ours à son ami Oskar. Puis c’est au père d’Oskar de partir pour la guerre.



La ville vit sous les bombardements. De nouvelles aventures commencent alors pour Otto : il sauve un soldat noir, un GI, qui décide de le garder et de l’emmener aux USA ; où il l’offre à sa fille. Là-bas, Otto va vivre la haine envers les noirs, à travers sa nouvelle petite propriétaire. Pour finalement être mis aux ordures, par de sales gosses, avant de se retrouver, par une série de hasards, dans la vitrine d’un antiquaire.


Mais son histoire ne se termine pas là. Après des années, il y est reconnu par le vieil Oskar. Ils font la une des journaux avec leur aventure incroyable. C’est ainsi que David les reconnaît et les retrouve.

Après s’être raconté les horreurs de la guerre (camp de concentration, chambre à gaz, bombardements …), ils décident de vivre tous les trois, ensemble, et enfin réunis.


Mon avis 

Une histoire touchante, qui permet d’aborder avec les plus jeunes un épisode de notre Histoire : la Seconde Guerre Mondiale.
Tomi Ungerer n’occulte aucun détail sur ce que fut cette époque.  Le fait que l’histoire soit racontée par l’ours en peluche permet un certain détachement du jeune lecteur. Peut-être nécessaire.



Otto, c’est :

Un livre, qui participe au devoir de mémoire : ne pas oublier, pour éviter au maximum de voir réapparaitre les horreurs.

Un livre, porteur de valeurs, notamment de celle de l’amitié, qui se fiche de la couleur et des religions.

Un livre, porteur d’espoir.


Ce chef d’œuvre sera sans nul doute, l’occasion de discussions entre adultes en enfants.




Un des meilleurs albums, du grand Tomi Ungerer.


Lisez ce livre. Et offrez- le, à des enfants comme à des adultes. Partagez.


Dès 9 ans


Titre : Otto, autobiographie d’un ours en peluche
Auteur : Tomi Ungerer        
Editeur : Ecole des Loisirs
Date de première parution : 1999



Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Francisco, de Perceval Barrier

      Francisco est le pompiste d’une station-service, située en plein désert. Du passage, il n’y en pas beaucoup, et cela lui convient très bien. En tant que chat sauvage, il aime la solitude. Ce soir-là, il fait le plein, pour la famille Lapin, la maman et ses trois enfants. Ils partent pour la mer, et ne vont pas trop s’attarder à la station ; sauf que, problème, la voiture ne redémarre pas. A la nuit tombée, la famille est toujours là, et le pompiste ferme boutique. Les malheureux se résignent à dormir dans leur voiture, jusqu’à ce que le chat les invite cordialement à rejoindre son appartement sous la station. Les lapins investissent le lieu avec joie, bousculant les habitudes du grincheux. Pour son plus grand plaisir ? En re-demandera-t-il ? Nous, on l’adore, ce Francisco, avec son allure de chat grognon. On le brosserait bien dans le mauvais sens du poil, pour le faire rigoler. Finalement, c’est un peu ce que fait la famille Lapin, en le sortant de sa solitude : elle lui se