Accéder au contenu principal

La guerre de Maurice, de Cary Fagan et Enzo Lord Mariano, Editions des éléphants

Dans cette chronique, comme dans la précédente, je vous propose un livre ayant pour thématique la Seconde Guerre mondiale. Là, encore, il sera question de fuite pour échapper aux camps de la mort, mais l’histoire de Maurice prend d’autres chemins que celle d’Erika. Découvrons ensemble La guerre de Maurice

La guerre de Maurice, de Cary Fagan et Enzo Lord Mariano, Éditions des éléphants, 2021 (Dès 10 ans) 

Maurice naît à Varsovie en Pologne. Mais, rapidement, sa famille part vivre à Bruxelles, en Belgique. C’est à cet endroit, qu’il se trouve en 1940, lorsque la ville subit l’invasion nazie. Il a alors 12 ans. D’abord incrédule face à la réalité de la guerre, il doit, malgré tout, se rendre à l’évidence : leur statut de juifs les contraint à fuir. Maurice et sa famille prennent donc le chemin de l’exode, puis de l’exil. Ils passeront d’abord par la France, puis traverserons l’Espagne franquiste direction Lisbonne au Portugal et delà ils embarqueront pour la Jamaïque. Tout au long de ce périple, malgré les difficultés rencontrées, Maurice n’aura qu’une envie : continuer à apprendre, pour pouvoir réaliser son rêve de devenir avocat. 
Le droit nous rendra tous égaux.  
La guerre de Maurice publié en 2021 par les Éditions des éléphants est l’histoire vraie du père de l’auteur. D’ailleurs, le livre s’ouvre, en première de couverture et en première page, par une illustration à l’allure de photo sépia, nous plongeant instantanément dans le réalisme de l’histoire. L’originalité de ce récit, c’est d’être raconté sous forme de bande dessinée, donnant une plus grande accessibilité à tous de ce pan de l’Histoire mondiale. À travers les souvenirs du garçon, le jeune lecteur sera confronté aux diverses réalités de la guerre 1939-1945 : les invasions nazies, l’exode, l’errance et la faim, la clandestinité, la zone libre, la séparation des familles, les camps de réfugiés… Mais l’optimisme du héros et l’exposition des faits sans violence extrême permettent une certaine distance au lecteur. Entre la peur et le danger, et bien que les conditions ne se soient pas propices à cela, Maurice cherchera toujours à apprendre : seul, avec l’aide de professeurs exilés comme lui, ou d’un simple dictionnaire anglais. Conscients de la grande importance de l’éducation, ses parents feront tout pour l’accompagner dans cette voie. Cary Fagan rend à travers ce livre un très bel hommage à la force et à l’obstination de son père.  Le travail d’illustration à la plume et à l’aquarelle d’Enzo Lord Mariano éclaire le témoignage. Les teintes d’une sépia foncée s’éclaircissent peu à peu à mesure que le héros approche de son but. 
Une bande dessinée à glisser dans les bibliothèques des écoles et des collèges. 


Si vous souhaitez découvrir plus de livres des Éditions des éléphants, je vous recommande Bébé va au marché ou L’ours et le canard chroniqués ici, ou bien encore La maison pleine de trucs, que j’ai chroniqué pour La Mare aux mots. 


Bonne lecture. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable