Accéder au contenu principal

La guerre de Maurice, de Cary Fagan et Enzo Lord Mariano, Editions des éléphants

Dans cette chronique, comme dans la précédente, je vous propose un livre ayant pour thématique la Seconde Guerre mondiale. Là, encore, il sera question de fuite pour échapper aux camps de la mort, mais l’histoire de Maurice prend d’autres chemins que celle d’Erika. Découvrons ensemble La guerre de Maurice

La guerre de Maurice, de Cary Fagan et Enzo Lord Mariano, Éditions des éléphants, 2021 (Dès 10 ans) 

Maurice naît à Varsovie en Pologne. Mais, rapidement, sa famille part vivre à Bruxelles, en Belgique. C’est à cet endroit, qu’il se trouve en 1940, lorsque la ville subit l’invasion nazie. Il a alors 12 ans. D’abord incrédule face à la réalité de la guerre, il doit, malgré tout, se rendre à l’évidence : leur statut de juifs les contraint à fuir. Maurice et sa famille prennent donc le chemin de l’exode, puis de l’exil. Ils passeront d’abord par la France, puis traverserons l’Espagne franquiste direction Lisbonne au Portugal et delà ils embarqueront pour la Jamaïque. Tout au long de ce périple, malgré les difficultés rencontrées, Maurice n’aura qu’une envie : continuer à apprendre, pour pouvoir réaliser son rêve de devenir avocat. 
Le droit nous rendra tous égaux.  
La guerre de Maurice publié en 2021 par les Éditions des éléphants est l’histoire vraie du père de l’auteur. D’ailleurs, le livre s’ouvre, en première de couverture et en première page, par une illustration à l’allure de photo sépia, nous plongeant instantanément dans le réalisme de l’histoire. L’originalité de ce récit, c’est d’être raconté sous forme de bande dessinée, donnant une plus grande accessibilité à tous de ce pan de l’Histoire mondiale. À travers les souvenirs du garçon, le jeune lecteur sera confronté aux diverses réalités de la guerre 1939-1945 : les invasions nazies, l’exode, l’errance et la faim, la clandestinité, la zone libre, la séparation des familles, les camps de réfugiés… Mais l’optimisme du héros et l’exposition des faits sans violence extrême permettent une certaine distance au lecteur. Entre la peur et le danger, et bien que les conditions ne se soient pas propices à cela, Maurice cherchera toujours à apprendre : seul, avec l’aide de professeurs exilés comme lui, ou d’un simple dictionnaire anglais. Conscients de la grande importance de l’éducation, ses parents feront tout pour l’accompagner dans cette voie. Cary Fagan rend à travers ce livre un très bel hommage à la force et à l’obstination de son père.  Le travail d’illustration à la plume et à l’aquarelle d’Enzo Lord Mariano éclaire le témoignage. Les teintes d’une sépia foncée s’éclaircissent peu à peu à mesure que le héros approche de son but. 
Une bande dessinée à glisser dans les bibliothèques des écoles et des collèges. 


Si vous souhaitez découvrir plus de livres des Éditions des éléphants, je vous recommande Bébé va au marché ou L’ours et le canard chroniqués ici, ou bien encore La maison pleine de trucs, que j’ai chroniqué pour La Mare aux mots. 


Bonne lecture. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à