Accéder au contenu principal

Vies volées, Buenos Aires, Place de Mai, de Matz et Mayalen Goust


   Vous la connaissez celle qui commence à prendre vraiment plaisir à lire des bandes dessinées et des romans graphiques ? Eh, oui, c’est moi !



   Cette fois, c’est le thème de l’ouvrage qui a d’abord su attirer mon attention. Le sujet traité m’avait particulièrement interpellé lors de mes études d’espagnol ; et cela m’a intéressé de le voir aborder de manière différente, à travers la bande dessinée.

   Probablement, avez-vous déjà entendu parler des grands-mères de la Place de Mai, à Buenos Aires ? Ces femmes recherchent leurs petits-enfants, volés lors de la période de la dictature. En effet, de 1976 à 1983, des dizaines de milliers d’opposants politiques disparaissent. Parmi eux, se trouvent des femmes enceintes, à qui l’on arrache leurs enfants à la naissance, pour les confier à des familles « convenables ».



   Dans ce livre, Mario, qui s’interroge beaucoup sur son identité, va à la rencontre de ces grands-mères, accompagné de son ami Santiago. S’en suit pour les deux jeunes hommes des tests ADN, qui bouleverseront leurs vies.




Mon avis :
Ce livre est une bonne manière de faire découvrir ce pan de l’histoire argentine, à ceux qui ne la connaissent pas, adultes comme adolescents. Un livre, comme un acte de mémoire. Un livre, comme un bel hommage aux grands-mères de la Place de Mai.
Quelques détails m’ont un peu dérangé. Je n’ai pas particulièrement accroché avec les dessins (question de goût, et non de qualité).
Malgré tout, texte et images fonctionnent bien ; et nous laissent ressentir le poids du tourment.
En résumé, ce fut un bon moment de lecture pour moi.




Titre : Vies volées, Buenos aires, Place de Mai
Auteur / Illustrateur : Matz et Mayalen Goust             
Editeur : Rue de Sèvres  
Date de première parution : Janvier 2018


* Merci à Rue de Sèvres 


Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

C'est quoi un bookface ?

Ce samedi 19 janvier, lors du salon BLOG’IN TOURS , au grand théâtre de Tours, nous vous proposerons tout au long de la journée de faire des bookfaces. Bookface  ? C’est quoi un bookface ? Reprenons nos bases d’anglais ! Book, c’est le livre ; face, c’est le visage. Le bookface, c’est donc l’art de réaliser un portrait photographique, en plaçant une couverture de livre devant son visage. Pour un bookface réussi, il faut jouer au maximum avec le visage représenté sur la couverture, les détails du livre et de l’environnement, ainsi que les couleurs. Dernier point, il faut tenter de respecter les proportions, pour que l’illusion fonctionne au maximum.  Alors, vous venez jouer avec nous, samedi prochain ? Nous serons cinq  blogueuses pour vous accueillir : Mademoiselle Maeve , Between the Books , Somewhere over the teapot , Bérengère, et moi-même. 

Les éditions Margot nous emmènent en voyage et en vacances

« Créées en 2012, les Éditions Margot n’ont qu’un seul mot d’ordre : faire de beaux livres ! Des objets soignés, aux finitions raffinées, avec une mise en page faisant la part belle aux illustrations. » Je ne saurai dire mieux ! Jolie découverte pour moi, que cette maison d’éditions, dont je vais, sans nul doute, surveiller les parutions à venir.     Le voyage de Samy Bear Dans cet album, nous suivons Samy Bear dans ses souvenirs, et dans son voyage à bord d’un bateau de bois construit de ses mains. Le voyage est ici utilisé comme une métaphore, car cette histoire se veut être une réflexion sur la vie et sur le temps qui passe. La vie est un beau voyage, adouci par les rencontres, la musique et les mots. Chaque personnage rencontré devient à la fois vecteur d’émotions et guide pour Samy. Au-delà de l’histoire, j’ai eu un vrai coup de cœur pour les illustrations. Samy est un ours, bien entendu ; un ours aux joues rondes et au pelage bleu. Il me rappelle un peu le te

Dans la peau des monstres, de Guillaume Duprat

De tout temps et partout dans le monde, les Hommes se sont inventés des histoires à faire peur, peuplés de monstres tous plus effrayants les uns que les autres. Dans cet album animé, l’auteur nous propose 12 récits provenant des cultures du monde entier et mettant à l’honneur 12 terribles créatures légendaires. Le Yéti, le cerbère, ou le monstre de Frankenstein font partie de notre imaginaire collectif. Mais connaissez-vous Ravana ou le dragon d’Enoshima ? Chaque double-page est présenté de manière identique. Sur la page de gauche, on peut lire l’histoire de la créature, ainsi que son origine. Les monstres présentés sont variés, issus des contes et légendes, de la mythologie, de la littérature ou du cinéma. Sur la page de droite, apparaît un magnifique portrait du monstre en pleine page, mise en scène par un jeu de volets. En soulevant celui-ci, on peut entrer dans la tête de la créature, et ainsi découvrir ses émotions (via le texte et l’image) : colère, amour, peu