Accéder au contenu principal

Rencontre avec ... Béatrice Egémar


   Aujourd’hui, j’inaugure une nouvelle rubrique : « Rencontre avec … » .

Et ma première rencontre fut avec Béatrice Egémar. L’auteur, entre autres, de « Les Espions de Pharaon – Le fils duTraître ».

J’avais envie de lui poser quelques questions, afin de mieux la connaître, et de vous la faire mieux connaître également.  

C’est parti …. !


Source : Babélio


Comment lui est venue l’idée du sujet de cette série (Les Espions de Pharaon) ?
Elle est, sans nul doute, une passionnée d’Histoire (La plupart de ces livres sont des livres historiques) ? D’Egyptologie, en particulier ?
Depuis longtemps ? L’Egypte était-elle déjà une passion, à l’âge de ses jeunes lecteurs ?
Y a-t-il une époque historique qu'elle affectionne particulièrement ?

Béatrice Egémar est une passionnée d’Histoire, en général ; et, en particulier d’Egypte Ancienne. « Les espions de Pharaon » est sa deuxième série sur ce thème, après « Hori », il y a envrion 15 ans (à l’époque de ces débuts en tant qu’écrivain).
Cette série est née d’une proposition de Fleurus.
Enfant, elle tombe en admiration pour un beau livre appartenant à son grand-père. Sa passion pour l’Egypte est née. Elle se confirmera lors d’un premier voyage dans ce pays avec sa grand-mère.
Forcément, elle reste l’une de ses périodes historiques de prédilection.
Béatrice Egémar dit écrire les livres qu’elle aurait aimé lire à l’âge de ses jeunes lecteurs. Elle espère par ses romans éveiller la curiosité historique des plus jeunes.


Comment a-t-elle écrit ce roman (Le fils du Traître) ? L’idée des deux personnages centraux lui est-elle venue toute suite ?
Ce livre, comme un certain nombre, qu'elle a écrit, a demandé beaucoup de recherches. Ce moment de recherche est-il un moment qu'elle affectionne particulièrement ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à la lecture du roman. ; à la source de l’inspiration, il y a eu le personnage d’Anouket, puis s’y est ajouté le personnage de Méry.
Le travail de recherche est une part conséquente de la préparation d’un roman. C’est pour elle aussi plaisant que l’écriture, en elle-même.
Pour tous les romans historiques, la documentation reste une source inépuisable d’inspiration.
D’où viennent ses connaissances ? Des livres, bien sûr !


Elle écrit pour la jeunesse et pour les adultes. Quel plaisir prend-elle à écrire pour les plus jeunes ?

Béatrice Egémar écrit depuis peu pour les adultes. Elle aime également beaucoup cela. Elle peut être parfois frustré dans l’écriture pour les plus jeunes ; frustrée de ne pouvoir restituer autant qu’elle le voudrait. L’écriture pour les adultes lui ouvrent donc plus de possibilités.
Quand elle écrit pour les enfants, elle part du présupposé qu’ils ne connaissent pas la période historique. Cela demande donc un certain étayage.
Les adultes sont des lecteurs éclairés ; d’autant plus que les lecteurs de romans historiques sont le plus souvent des passionnés d’Histoire. Elle peut donc se permettre plus de description ; ce qui aurait tendance à rebuter des lecteurs adolescents.


Comment écrit-elle ?

Elle se met chaque jour et de manière régulière à son bureau afin d’écrire.


Aime-t-elle aller à la rencontre de son public ?

Oui ! Que ce soit dans les salons ou dans les collèges/lycées.
Elle avoue malgré tout une préférence pour les scolaires, car la séance est faite le plus souvent de discussions, échanges, questions ; ce qui est plus riche qu’une simple séance de dédicace.


Quelle lectrice est-elle ? Une dévoreuse de livres ? Quel type de livres, aime-t-elle lire ? A-t-elle un auteur qu'elle admire particulièrement ?

Oui, elle aime beaucoup lire. Elle est une lectrice éclectique. Mais ses préférences vont vers la littérature américaine et anglaise.
Dans le domaine historique, elle se présente comme une lectrice exigeante et difficile.
Elle aime beaucoup lire et relire ses favoris, comme les Agatha Christie ou les Jane Austen, ou bien encore Harry Potter.  
En ce moment, elle lit, entre autres, Le Cercle Littéraire des des Amateurs d’épluchures de patates , et Joséphine Baker, de J.-L. Bocquet et Catel …


D’autres projets ? A quand la suite ?

Son actualité, c’est la sortie de La Famille la Tornade : Coup de Foudre au Fast-Food. C’est un nouveau volet de la série qui s’articule autour des jumeaux Latornade… Cette série est écrite en collaboration avec Virgine Hanna.

(Attention, révélations !)
Concernant la suite, le tome 2 des Espions de Pharaon est prévu pour l’automne. Le titre sera :  L’étrangère. Le personnage central sera Anouket, et plus particulièrement sa mère.






Merci à Béatrice Egémar, pour ce joli moment de discussion *.


J’espère que cette rencontre avec un auteur vous aura plu.
Bientôt une nouvelle « Rencontre avec … » :  un auteur, ou un illustrateur, ou bien encore un éditeur … Surprise !

A bientôt !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son