Accéder au contenu principal

Le Prix "Plume Jeunesse" de la 9e édition du Chapiteau de Livre, de St Cyr sur Loire


   Le samedi 4 mars, j’ai eu la chance d’être invitée à la sélection du prix « Plume jeunesse », organisée par le Chapiteau du Livre, de St Cyr-sur-Loire.



Pendant plus d’une heure, vingt collégiens de 6e, issus de 12 collèges du département, ont débattu puis voté pour élire le livre, qu’ils avaient préféré.



Ce fut un joli moment de partage littéraire, autour d’enfants pour qui, nous l’avons vite ressenti, la lecture est un plaisir.


Quatre livres leur étaient proposés.

Le premier livre évoqué fut : « Les espions de Pharaon : Le fils du traître », de Béatrice Egémar.
Ce livre est un roman historique, qui se passe en Egypte. Les enfants semblent avoir apprécié cette histoire pour son action et ses nombreux rebondissements. Ils ont parlé d’un livre qui n’était pas trop difficile à lire, et qui se lisait vite, tant ils avaient envie de savoir la fin. Ils se sentaient comme plongé dans l’histoire. La persévérance du héros les a également touchés.




Le deuxième livre a entré dans la discussion fut « Sur la corde raide », de  Janine Bruneau
A la quasi-unanimité, ce roman ne leur a pas convenu. A cela deux raisons. Tout d’abord, la difficulté de lecture. Perdu dans les personnages, certains ont même fait le choix d’abandonner leur lecture. La deuxième raison fut la difficulté des thèmes abordés. Roman très réaliste et très triste ; ils n’ont pas réussi à se projeter.




Le troisième livre de la sélection était « Chat Noir : Le secret de la Tour de Montfrayeur», de Yann Darko
Rapidement, nous avons senti un vif engouement pour ce premier livre d’une trilogie. Avant même d’évoquer dans le détail celui-ci, les enfants disaient avoir envie de lire les suivants.
Contrairement au roman précédent, ils ont parlé pour celui-ci d’une envie de se projeter, de faire partie de l’aventure. Même si l’histoire est grave, le ton est léger, le personnage gentil, et le tout très visuel.




Le quatrième livre est : « Dix minutes à perdre », de Jean-Christophe Tixier
Ce livre d’aventure policière a également beaucoup plu. Partagé entre la peur et l’envie de continuer, ils ont su se saisir de ce roman, jusqu’à la fin palpitante.




   Avec un vote assez serré, le choix des élèves fut « Chat Noir ».



   Le prix sera remis à l’auteur le samedi 20 mai en début d’après-midi, par les enfants eux-mêmes. Le dimanche matin, ils auront droit à une rencontre privée avec l’auteur. L’auteur sera présent pour cette 9e édition du Chapiteau du Livre pendant les deux jours.



   Si vous habitez la région, réservez votre week-end du 20-21 mai et aller faire un tour au Chapiteau de Livre, au Parc de la Perraudière à St Cyr-sur-Loire. L’entrée est gratuite et vous aurez la possibilité de rencontrer 250 auteurs (de littérature de jeunesse ou générale). Quelques animations sont également prévues, dont la fameuse dictée par Natacha Polony.

http://chapiteau.chapiteau-du-livre.com/accueil.html 

https://www.facebook.com/lechapiteaudulivre/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable