Accéder au contenu principal

Otto : autobiographie d'un ours en peluche, de Tomi Ungerer


A quelques jours des commémorations de l’armistice du 8 mai 1945 (et en cette période électorale), je reviens avec un album, qui devrait faire réfléchir grands et petits lecteurs.


Cet album, c’est : Otto, autobiographie d’un ours en peluche



Oui, oui, autobiographie, car c’est un bien un ours en peluche qui nous raconte son histoire !

Cette histoire, elle commence en Allemagne, où il se fait fabriquer, et où il est offert à un petit garçon, prénommé David. Celui-ci, et son ami Oskar, passent leur temps à jouer, avec ce nounours, qu’ils ont baptisés Otto. Ils entreprennent même de lui apprendre à écrire mais le macule d’une tâche d’encre violette.

Un jour, David revient avec une étoile jaune sur sa veste. Vous noterez que le prénom de David n’est certainement pas un hasard. La maman d’Oskar explique :

 « Les juifs sont différents, ils ont une autre religion, le gouvernement est contre eux et leur rend la vie très difficile. C’est injuste et très triste, on les oblige à porter cette étoile pour les reconnaître.»

Puis, des hommes en manteau de cuir noir viennent chercher David et sa famille. David confie alors son ours à son ami Oskar. Puis c’est au père d’Oskar de partir pour la guerre.



La ville vit sous les bombardements. De nouvelles aventures commencent alors pour Otto : il sauve un soldat noir, un GI, qui décide de le garder et de l’emmener aux USA ; où il l’offre à sa fille. Là-bas, Otto va vivre la haine envers les noirs, à travers sa nouvelle petite propriétaire. Pour finalement être mis aux ordures, par de sales gosses, avant de se retrouver, par une série de hasards, dans la vitrine d’un antiquaire.


Mais son histoire ne se termine pas là. Après des années, il y est reconnu par le vieil Oskar. Ils font la une des journaux avec leur aventure incroyable. C’est ainsi que David les reconnaît et les retrouve.

Après s’être raconté les horreurs de la guerre (camp de concentration, chambre à gaz, bombardements …), ils décident de vivre tous les trois, ensemble, et enfin réunis.


Mon avis 

Une histoire touchante, qui permet d’aborder avec les plus jeunes un épisode de notre Histoire : la Seconde Guerre Mondiale.
Tomi Ungerer n’occulte aucun détail sur ce que fut cette époque.  Le fait que l’histoire soit racontée par l’ours en peluche permet un certain détachement du jeune lecteur. Peut-être nécessaire.



Otto, c’est :

Un livre, qui participe au devoir de mémoire : ne pas oublier, pour éviter au maximum de voir réapparaitre les horreurs.

Un livre, porteur de valeurs, notamment de celle de l’amitié, qui se fiche de la couleur et des religions.

Un livre, porteur d’espoir.


Ce chef d’œuvre sera sans nul doute, l’occasion de discussions entre adultes en enfants.




Un des meilleurs albums, du grand Tomi Ungerer.


Lisez ce livre. Et offrez- le, à des enfants comme à des adultes. Partagez.


Dès 9 ans


Titre : Otto, autobiographie d’un ours en peluche
Auteur : Tomi Ungerer        
Editeur : Ecole des Loisirs
Date de première parution : 1999



Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Cache-cache avec Petit Noun, de Géraldine Elschner et Anja Klauss

Mêler littérature et art, quelle belle idée ! C’est le pari de la maison d’édition « L’élan vert », à travers sa collection « Pont des arts », et quelques titres, comme celui dont je vais vous parler aujourd’hui. L’idée est de faire découvrir une œuvre d’art à travers une histoire. Un bon moyen d’initier les enfants à l’art, dès le plus jeune âge.
Le livre que je souhaitais vous présenter aujourd’hui s’intitule : Cache-cache avec Petit Noun.


Petit Noun, l’hippopotame, adore jouer à cache-cache. 1, 2, 3, le papillon doit le chercher. Petit Noun essaie de se fondre dans les couleurs de son environnement pour ne pas être retrouvé. Mais, maman l’appelle ; c’est l’heure du bain. Petit papillon l’a trouvé ; à lui de se cacher.


Mais qui est réellement ce Petit Noun ? Une figurine de terre très ancienne fabriquée par les potiers du Nil, et que l’on peut rencontrer au Musée du Louvre.
Le texte de cet album est simple, les illustrations colorées, et le héros sympathique. De quoi séduire les pet…

Frida, de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe

Il y a des livres comme celui-ci, que l’on ne sait pas classer. Jeunesse ou adultes ? Etant donné son format d’album, on le trouve souvent rangé, chez les libraires ou sur internet, dans la section jeunesse. Mais à qui s’adresse-t-il vraiment ?
A vrai dire, peu importe ! Le livre appartient à celui qui le lit.
Et puis, tous les livres pour enfants ne sont-ils pas aussi un peu des livres pour adultes ? Vaste débat.
   Enfin, bref, tout ça pour vous dire, qu’à la maison, c’est sûrement moi, qui l’ai le plus apprécié.


J’aime beaucoup la personne-age Frida Khalo, et ce livre lui rend merveilleusement hommage. C’est un joli bijou, comme sait en créer Benjamin Lacombe.
Celui-ci s’est associé à Sébastien Perez pour réaliser une biographie illustrée. Ils l’ont divisée en plusieurs chapitres thématiques, chacun retraçant un moment clé de la vie de Frida. A la fin du livre, on trouve également une chronologie et un lexique, pour nous éclairer un peu plus sur la vie de l’artiste ; ainsi qu’un t…

Enfances, de Marie Desplechin et Claude Ponti

Voilà un des livres dont on a le plus entendu parler depuis la rentrée. Si vous êtes passionnés de littérature de jeunesse, cela ne vous aura sûrement pas échappé. C’est LE livre de la rentrée, mais ce sera probablement LE livre de Noël : un joli cadeau à glisser sous le sapin.


Ce livre nous présente des enfants, connus ou moins connus ; mais, tous illustres, à leur manière. Il raconte des moments-clés de l’enfance de chacun pour nous éclairer sur ce qu’ils sont devenus. On se rend vite compte qu’en chacun d’eux, comme en chaque adulte, sommeille une part d’enfance. L’enfant que nous étions, n’a-t-il pas façonné l’adulte que nous sommes devenus ?
Ce livre réussit le pari de plaire autant aux adultes, qu’aux enfants. Ils incitent les plus grands à regarder un peu en arrière, et ils ouvrent aux petits êtres en devenir tout le champ des possibles.


Parmi ces nombreuses histoires, trois ont ma préférence : celle d’Helen Keller, personne qui m’a toujours fascinée par sa détermination face au…