Accéder au contenu principal

Otto : autobiographie d'un ours en peluche, de Tomi Ungerer


A quelques jours des commémorations de l’armistice du 8 mai 1945 (et en cette période électorale), je reviens avec un album, qui devrait faire réfléchir grands et petits lecteurs.


Cet album, c’est : Otto, autobiographie d’un ours en peluche



Oui, oui, autobiographie, car c’est un bien un ours en peluche qui nous raconte son histoire !

Cette histoire, elle commence en Allemagne, où il se fait fabriquer, et où il est offert à un petit garçon, prénommé David. Celui-ci, et son ami Oskar, passent leur temps à jouer, avec ce nounours, qu’ils ont baptisés Otto. Ils entreprennent même de lui apprendre à écrire mais le macule d’une tâche d’encre violette.

Un jour, David revient avec une étoile jaune sur sa veste. Vous noterez que le prénom de David n’est certainement pas un hasard. La maman d’Oskar explique :

 « Les juifs sont différents, ils ont une autre religion, le gouvernement est contre eux et leur rend la vie très difficile. C’est injuste et très triste, on les oblige à porter cette étoile pour les reconnaître.»

Puis, des hommes en manteau de cuir noir viennent chercher David et sa famille. David confie alors son ours à son ami Oskar. Puis c’est au père d’Oskar de partir pour la guerre.



La ville vit sous les bombardements. De nouvelles aventures commencent alors pour Otto : il sauve un soldat noir, un GI, qui décide de le garder et de l’emmener aux USA ; où il l’offre à sa fille. Là-bas, Otto va vivre la haine envers les noirs, à travers sa nouvelle petite propriétaire. Pour finalement être mis aux ordures, par de sales gosses, avant de se retrouver, par une série de hasards, dans la vitrine d’un antiquaire.


Mais son histoire ne se termine pas là. Après des années, il y est reconnu par le vieil Oskar. Ils font la une des journaux avec leur aventure incroyable. C’est ainsi que David les reconnaît et les retrouve.

Après s’être raconté les horreurs de la guerre (camp de concentration, chambre à gaz, bombardements …), ils décident de vivre tous les trois, ensemble, et enfin réunis.


Mon avis 

Une histoire touchante, qui permet d’aborder avec les plus jeunes un épisode de notre Histoire : la Seconde Guerre Mondiale.
Tomi Ungerer n’occulte aucun détail sur ce que fut cette époque.  Le fait que l’histoire soit racontée par l’ours en peluche permet un certain détachement du jeune lecteur. Peut-être nécessaire.



Otto, c’est :

Un livre, qui participe au devoir de mémoire : ne pas oublier, pour éviter au maximum de voir réapparaitre les horreurs.

Un livre, porteur de valeurs, notamment de celle de l’amitié, qui se fiche de la couleur et des religions.

Un livre, porteur d’espoir.


Ce chef d’œuvre sera sans nul doute, l’occasion de discussions entre adultes en enfants.




Un des meilleurs albums, du grand Tomi Ungerer.


Lisez ce livre. Et offrez- le, à des enfants comme à des adultes. Partagez.


Dès 9 ans


Titre : Otto, autobiographie d’un ours en peluche
Auteur : Tomi Ungerer        
Editeur : Ecole des Loisirs
Date de première parution : 1999



Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

C'est quoi un bookface ?

Ce samedi 19 janvier, lors du salon BLOG’IN TOURS , au grand théâtre de Tours, nous vous proposerons tout au long de la journée de faire des bookfaces. Bookface  ? C’est quoi un bookface ? Reprenons nos bases d’anglais ! Book, c’est le livre ; face, c’est le visage. Le bookface, c’est donc l’art de réaliser un portrait photographique, en plaçant une couverture de livre devant son visage. Pour un bookface réussi, il faut jouer au maximum avec le visage représenté sur la couverture, les détails du livre et de l’environnement, ainsi que les couleurs. Dernier point, il faut tenter de respecter les proportions, pour que l’illusion fonctionne au maximum.  Alors, vous venez jouer avec nous, samedi prochain ? Nous serons cinq  blogueuses pour vous accueillir : Mademoiselle Maeve , Between the Books , Somewhere over the teapot , Bérengère, et moi-même. 

Les éditions Margot nous emmènent en voyage et en vacances

« Créées en 2012, les Éditions Margot n’ont qu’un seul mot d’ordre : faire de beaux livres ! Des objets soignés, aux finitions raffinées, avec une mise en page faisant la part belle aux illustrations. » Je ne saurai dire mieux ! Jolie découverte pour moi, que cette maison d’éditions, dont je vais, sans nul doute, surveiller les parutions à venir.     Le voyage de Samy Bear Dans cet album, nous suivons Samy Bear dans ses souvenirs, et dans son voyage à bord d’un bateau de bois construit de ses mains. Le voyage est ici utilisé comme une métaphore, car cette histoire se veut être une réflexion sur la vie et sur le temps qui passe. La vie est un beau voyage, adouci par les rencontres, la musique et les mots. Chaque personnage rencontré devient à la fois vecteur d’émotions et guide pour Samy. Au-delà de l’histoire, j’ai eu un vrai coup de cœur pour les illustrations. Samy est un ours, bien entendu ; un ours aux joues rondes et au pelage bleu. Il me rappelle un peu le te

Dans la peau des monstres, de Guillaume Duprat

De tout temps et partout dans le monde, les Hommes se sont inventés des histoires à faire peur, peuplés de monstres tous plus effrayants les uns que les autres. Dans cet album animé, l’auteur nous propose 12 récits provenant des cultures du monde entier et mettant à l’honneur 12 terribles créatures légendaires. Le Yéti, le cerbère, ou le monstre de Frankenstein font partie de notre imaginaire collectif. Mais connaissez-vous Ravana ou le dragon d’Enoshima ? Chaque double-page est présenté de manière identique. Sur la page de gauche, on peut lire l’histoire de la créature, ainsi que son origine. Les monstres présentés sont variés, issus des contes et légendes, de la mythologie, de la littérature ou du cinéma. Sur la page de droite, apparaît un magnifique portrait du monstre en pleine page, mise en scène par un jeu de volets. En soulevant celui-ci, on peut entrer dans la tête de la créature, et ainsi découvrir ses émotions (via le texte et l’image) : colère, amour, peu