Accéder au contenu principal

Rencontre avec ... Georgette

Régulièrement, j'aime partir à la rencontre de toutes ces personnes qui font le petit monde du livre. 

Après vous l'avoir faite découvrir à travers ses albums, je vous propose aujourd'hui d'en savoir un peu plus sur l'autrice-illustratrice Georgette. 

Source : Georgette

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

Je suis donc autrice et illustratrice dans l’édition, pour la petite enfance en particulier. J’ai fait mes études à l’école Emile Cohl à Lyon il y a un bon bout de temps déjà et j’ai travaillé ensuite beaucoup pour la presse jeunesse, les loisirs créatifs, les imageries et le jouet. À l’époque je ne travaillais pas encore sous le pseudonyme Georgette. J’ai « créé » Georgette (c’est le prénom de ma grand-mère) il y a 3 ans environ car j’avais envie et besoin de me réinventer artistiquement. Depuis je crée sous ce nom des albums pour les petits !


Ce métier d’autrice/illustratrice fut-il une évidence ? Auriez-vous pu exercer une autre profession ?

Même si parfois c’est un métier difficile, ce fut et c’est encore une évidence pour moi, je sais que c’est là qu’est ma place. Je ne me vois pas vraiment faire un autre métier que celui-là.


Qu’est-ce qui arrive en premier dans votre processus de création, texte ou illustration ? Vous sentez-vous aussi à l’aise avec les mots et qu’avec les images ?

Alors c’est assez variable, quand une idée me vient je la pose tout de suite dans un de mes carnets à idées, si c’est une histoire c’est souvent par le texte que je commence et si c’est une idée de livre pour tout-petit ou de livre à systèmes (avec des flaps ou de la découpe par exemple) ce sera sous forme de dessins, de petite maquette. Pour moi, le texte et les images sont intimement liés, même si le texte n’est composé que de quelques mots je trouve qu’il a son importance et son rythme aussi est important car il va être lu à haute-voix.


D’où vous est venu cette idée de personnages aux bouilles rondes, si caractéristiques de votre travail ?

Des gommettes! J’aime beaucoup ça et j’ai commencé par faire des essais d’images avec des gommettes de toutes les tailles et de différentes couleurs. Ça m’a obligé à penser mes images complètement différemment et j’ai trouvé ça assez libérateur. Ensuite je suis passé à l’exécution par ordinateur car je peux travailler avec toutes les couleurs que je veux et faire jouer les transparences.


Quelles techniques d’illustrations utilisez-vous ?

Je commence au crayon ou au stylo par faire des petits croquis de recherches, ensuite je les re-dessine dans un plus grand format pour créer une petite maquette, pour voir si les images s’enchaînent bien et, s’il y a des systèmes, s’ils fonctionnent correctement d’une page à l’autre. Je scanne ensuite mes maquettes pour faire la couleur à l’ordinateur. Je procède comme si c’était du papier découpé, avec des formes géométriques que j’associe entre elles.


Pourquoi avoir choisi d’écrire et d’illustrer pour les tout-petits ? 

Je n’ai pas vraiment « choisi » en fait, je n’ai simplement jamais arrêté d’adorer les livres jeunesse, donc c’était naturel. Je fais des livres pour les enfants bien sûr, mais aussi pour la petite fille que je suis toujours.


Avez-vous un « chouchou » dans vos livres déjà parus ?

Je les aime vraiment tous et j’ai essayé de mettre un petit bout de moi dans chacun, mais disons que c’est dans « Familles » qu’est le plus gros bout :)


Avez-vous eu l’occasion d’aller à la rencontre de votre public en dédicace ou en salon ? Est-ce un moment que vous appréciez ou qui vous est difficile ?

Alors non, pas sous le nom de Georgette en tous cas. Je devais le faire à plusieurs reprises l’année dernière, pour mes sorties de livres, mais le contexte sanitaire a fait que tous les événements ont été annulés. Et sinon, non, je ne suis pas très à l’aise dans ces moments là, ce n’est pas évident pour moi. Mais c’est une de mes résolutions pour l’avenir, dépasser ma timidité et peut-être y prendre goût, qui sait?


Quelle lectrice êtes-vous ? Une dévoreuse de livres ? Quel type de livres, aimez-vous lire ? En jeunesse, y-a-t-il un·e auteur·rice ou un·e illustrateur·rice dont vous admirez particulièrement le travail ?

J’adore les livres et je lis de tout: des romans, des classiques, de la littérature ado, des bande-dessinées et des livres jeunesse. Je vais au moins une fois à la bibliothèque par semaine et revient avec 10 kilos de livres à chaque fois.

En jeunesse, il y a beaucoup d’autrices et d’auteurs dont j’aime le travail, il y a vraiment de chouettes albums qui existent et qui sortent régulièrement donc c’est très difficile de choisir un ou une préféré.e. Mais parmi les « anciens », ceux que j’aime depuis mon enfance il y a Richard Scarry, Arnold Lobel et Gyo Fujikawa.


Des projets à venir ?

Oui! Je travaille sur plusieurs livres en même temps, une nouvelle histoire dans la collection« Monsieur Monsieur », des petits livres-éveil avec des découpes et puis de nouveaux projets tirés de mes carnets encore à faire évoluer pour qu’ils prennent forme éditable. 


Un grand merci à Georgette d'avoir répondu à mes questions. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

Neige, d'Anaïs Brunet

Le froid s’est installé et a blanchi le ciel. Des flocons tombent enfin pour la plus grande joie des enfants et de leurs amis les animaux. La nature devient un lieu magique, propice à mille facéties. Mais bientôt, la neige fond, laissant place à de nouveaux petits plaisirs.  Avec son dernier album, Anaïs Brunet nous embarque à nouveau dans son univers délicieusement rétro et naïf. Quel moment merveilleux pour un enfant que de voir la neige tomber ! Avec ses mots et ses pinceaux, l’artiste retranscrit dans cet album les sensations et les émotions des plus jeunes au contact de la nature en hiver. Le texte court est poétique. Il joue sur les allitérations, faisant de la lecture par l’adulte une douce musique aux oreilles des tout-petits. Les illustrations peintes à la gouache sont rehaussées de reliefs et de brillance, qui donnent envie de manipuler le livre pour s’en amuser. Ce tout carton au format original est le premier d’une série de 4 albums sur les phénomènes météorologiques (neige

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à