Accéder au contenu principal

Une petite faim ?


Vous avez une petite faim ?



Commençons donc par l’entrée, avec une petite soupe.


Vous connaissez probablement ce conte populaire de tradition orale, qui se nomme « La soupe au caillou », et que l’on retrouve dans divers albums de littérature de jeunesse. Mais connaissez la version cuisinée à l’africaine, nommé « La soupe aux cailloux moelleux » ?
C’est la famine. Comme tous les animaux, Leuk-le-lièvre est maigre et affamé, mais lui est bien plus malin. Arrivant dans un village, Leuk frappe à la première porte venue, celle de Bouki-la-Hyène, avare et gourmande. A force de ruse, le lièvre arrive à la convaincre de lui prêter son pot à cuire, pour cuisiner la fameuse soupe aux cailloux moelleux. Cette grande marmite chauffant sous l’arbre à palabre attire la curiosité de tous. Chacun ne peut s’empêcher de se joindre aux préparatifs, ajoutant, au fur et à mesure, un ingrédient à la recette. Ainsi, le soir venu, Leuk sert plusieurs louches de soupe aux animaux réunis pour ce dîner festif ; sans oublier discrètement, de remettre les cailloux dans sa besace.



Un conte particulièrement apprécié pour les valeurs qu’ils véhiculent celles du partage et de la solidarité.  La ruse, étant ici mise au profit de tous, ne dessert pas l’histoire.

Saluons également le travail d’illustrations à l’acrylique et aux papiers découpés, magnifiquement colorés, qui donnent vie à l’album.

Dès 5 ans

Titre : La soupe aux cailloux moelleux
Auteur : Alain Serge Dzotap                      Illustratrice : Irène Schoch
Editeur : Les Editions des Eléphants
Date de première parution : Octobre 2019





Un petit dessert, pour terminer le repas ? A moins que …


Monsieur Anatole a invité Mademoiselle Blanche pour le goûter, et souhaite donc lui préparer un gâteau. Mais celui-ci est loin d’être un chef étoilé, et n’arrive à rien avec sa recette. Ses amis, les animaux, vont donc lui venir en aide à tour de rôle, lui suggérant un ingrédient à ajouter : patates, carottes, navet … Après cuisson, cela s’avérera délicieux et Mademoiselle Blanche sera ravie ; mais il semblerait que la préparation n’est plus rien à voir avec la recette de départ !



Comme pour le livre précédent, nous retrouvons une histoire en randonnée, où ingrédients et animaux s’ajoutent au fil des pages. C’est une structure idéale pour les petits, surtout lorsque le texte est peu dense, comme dans cette histoire.
Autre similitude avec le livre précédent : la morale de de l’histoire. On peut cuisiner avec ce que l’on a ; l’essentiel étant d’avoir quelque chose dans l’assiette et surtout de bons amis autour de la table.
Pour les illustrations : du grand Christian Voltz, reconnaissable au premier regard ! Matériel de récupération et photographie. Une originalité que l’on adore.
Le texte et l’illustration pourraient paraître très simple, mais il n’en est rien. Le tout est extrêmement travaillé, laissant transparaître sentiments des personnages et humour.  

Dès 3 ans

Titre : Un gâteau au goûter
Auteur : Christian Voltz                
Editeur : L’école des Loisirs          Collection : Pastel
Date de première parution : Avril 2019



Bon appétit, et bonne lecture !








* Merci aux éditeurs

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

Neige, d'Anaïs Brunet

Le froid s’est installé et a blanchi le ciel. Des flocons tombent enfin pour la plus grande joie des enfants et de leurs amis les animaux. La nature devient un lieu magique, propice à mille facéties. Mais bientôt, la neige fond, laissant place à de nouveaux petits plaisirs.  Avec son dernier album, Anaïs Brunet nous embarque à nouveau dans son univers délicieusement rétro et naïf. Quel moment merveilleux pour un enfant que de voir la neige tomber ! Avec ses mots et ses pinceaux, l’artiste retranscrit dans cet album les sensations et les émotions des plus jeunes au contact de la nature en hiver. Le texte court est poétique. Il joue sur les allitérations, faisant de la lecture par l’adulte une douce musique aux oreilles des tout-petits. Les illustrations peintes à la gouache sont rehaussées de reliefs et de brillance, qui donnent envie de manipuler le livre pour s’en amuser. Ce tout carton au format original est le premier d’une série de 4 albums sur les phénomènes météorologiques (neige

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à