Accéder au contenu principal

De beaux livres à découpes, à noter sur la liste au Père Noël



A l’approche des fêtes, j’avais envie de vous proposer des beaux-livres, de ceux qui en mettent plein les yeux. J’ai donc fait, pour vous, une sélection de livres, utilisant une technique d’illustration, tout à fait particulière : la découpe laser.




Midi Pile, de Rebecca Dautremer – Sarbacane (2 octobre 2019) / Pour tous – Dès 6 ans

Cet album est une nouveauté, sortie il y a quelques semaines, mais dont le succès est déjà énorme.
Ce livre reprend un moment-clé de l’album précédent de Rebecca Dautremer : Les riches heures de Jacominus Gainsborough. Ce moment si important, c’est celui de l’adieu. Jacominus va s’embarquer, il a quelque-chose de très important à dire à son amoureuse. Viendra-t-elle ?
Il me semble intéressant de connaître « Jacominus », pour pouvoir apprécier autant le texte que l’image de « Midi Pile ».
Ce livre est comme un décor de théâtre qui s’animerait. On traverse l’ensemble de l’épaisseur du livre, suivant le chemin de Douce, et apercevant déjà le point d’arrivée. A sa manière, on se rapproche peu à peu de l’être aimé, au fur et à mesure que les pages se tournent. Les éléments cachés se dévoilent peu à peu, grâce à un agencement très réfléchi. Voici un album tout en lenteur, tout en douceur, tout en délicatesse.
Cette dentelle est rendue possible grâce à plus de 100 découpes laser, fines et délicates, colorées ; mettant en relief, les illustrations travaillées et le souci du détail de l’illustratrice. Un livre puissance 1000 par rapport à tout ce qui peut se faire dans le genre ; c’est juste magnifique !




Un petit tour avec Mary Poppins, de Hélène Druvert Gautier-Languereau ( 2016) Dès  3 ans

Hélène Druvert est, tout comme Antoine Guilloppé, une spécialiste de cette technique d’illustration.
Profitons des fêtes pour faire découvrir à nos enfants la Mary Poppins du film Disney, mais aussi celle de ce beau livre d’Hélène Druvert. Tous les éléments sont là : Londres au début du XXe siècle, et l’allée des Cerisiers, Jane et Michael Banks, et leur fabuleuse nounou ; et bien sûr, des aventures et des rêves merveilleux.
Ce livre aux découpes fines et délicates, comme une dentelle noire, joue avec le noir et le blanc, mais surtout avec les ombres. Lorsque l’on fait se balancer une page découpée au-dessus de la suivante en gris/blanc, on voit danser les ombres des découpes. A regarder absolument un soir, à la lumière, juste avant de se coucher, pour s’émerveiller devant détails architecturaux et mini personnages.
Le texte est bref, laissant la place à l’illustration et à l’imaginaire. Avec Mary Poppins, le texte comme l’illustration nous plonge dans la féerie.  




Le lac des cygnes, de Charlotte Gastaut – Editions Amaterra (2012) Dès 4-5 ans

Cet album de Charlotte Gastaut reprend le célèbre ballet de Tchaïkwosky. Un prince doit se marier ; au hasard d’une rencontre, il tombe fou amoureux de la princesse des cygnes. Elle est sous l’emprise d’un maléfice du terrible enchanteur ; celui-là même qui souhaite faire épouser sa fille, la créature couleur de nuit, par le prince. Mais l’amour triomphera.
Le texte est simplifié, pour une première approche du conte.
Là encore, le livre est illustré en dentelle de papier. Son originalité réside dans l’utilisation des couleurs bleu et doré (en opposition au noir et blanc, très souvent utilisé avec cette technique). Le jeu des couleurs sur le recto et le verso des découpes se veulent une subtilité supplémentaire.
Les découpes sont moins fragiles ; par conséquent, plus faciles à manipuler par les petits doigts. Pas d’inquiétudes, la magie opère, malgré tout.






Casse-noisette, de Shobina Patel – Sarbacane (2017) Dès 6 ans

C’est de nouveau un ballet de Tchaïkovsky, qui est mis à l’honneur.
Un soir de Noël, Clara reçoit de son parrain un casse-noisette en cadeau. La nuit venue, les jouets prennent vie ; le casse-noisette se transformant en prince. Bataille et voyage merveilleux se succèdent. Quand Clara se réveille, c’est Noël. Cela n’était-il qu’un rêve ?
Cette version simplifiée du texte rend la lecture accessible aux plus jeunes.  
Cette fois, ce sont deux techniques d’illustration qui nous en mettent plein les yeux : la découpe et le pop-up ; ce que l’on appelle de l’illustration en paperscope. Comment ça fonctionne ? Un cylindre sur lequel on appuie légèrement avec le doigt, pour avoir apparaître la scénette ou le personnage de papier. C’est comme une image au bout de la lunette Magique !
La technique est vraiment innovante !
Le petit plus, c’est le petit prix de la sélection : 18€95




J'ai également proposé cette chronique dans l'émission TILT de TV TOURS le 21 novembre 2019. Pour le replay, c'est par ici : http://www.tvtours.fr/emission/11/tilt?fbclid=IwAR3bjooLQCUROQIe7s4guOVr74YCurLUdQDAWgyVGVYSKURnJJwlpugxwoY#x7oafn8/TILT%20-%2021/11/2019%20-%203/3

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son