Accéder au contenu principal

L'art de la préhistoire


Une fois n’est pas coutume, c’est avec un documentaire, que je reviens vers vous, aujourd’hui.

Amatrice d’art et de son histoire, j’étais curieuse de découvrir, et de faire découvrir à mon grand, ce premier volume de la nouvelle collection encyclopédique Reg’ART des éditions Citadelles et Mazenod, à destination des jeunes lecteurs.

J’avoue, la préhistoire n’est pas ma période préférée. Et pourtant, je me suis laissée prendre au jeu, comme une enfant, car le livre est vraiment bien conçu.


Les œuvres réunies dans ce volume sont présentées de manière ludique, à l’aide de « pages-cache ». Paradoxalement, cela permet une analyse plus précise de chaque œuvre. En effet, on s’attarde d’abord sur les détails, se questionnant à leurs sujets, avant une observation plus large.

Le texte informatif, découpé en petits encarts, facilite également la lecture, et évite le gros bloc de texte qui pourrait vite décourager les enfants.

Ces différentes approches font de l’enfant un acteur de sa lecture et de son apprentissage, en jouant avec ses questionnements et son sens de l’observation. Un vrai bon point !


 Les œuvres sélectionnées font partie des chefs-d’œuvre mondiaux de l’art pariétal. Avec ce documentaire, on se promène à travers le temps et à travers le monde, pour en découvrir toujours plus.


Que de beauté dans ses objets et ses peintures, réalisés il y a si longtemps !



Un ouvrage de référence, pour les élèves, les parents, et les enseignants, soucieux de familiariser les plus jeunes à l’histoire de l’art.



Dès 9 ans.



Titre : L’art de la préhistoire
Textes et illustrations : Marion Augustin et Violette Benilan
Editeur : Citadelles jeunesse        Collection : RegART  
Date de première parution : Octobre 2018


* Merci à l'éditeur

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

Francisco, de Perceval Barrier

      Francisco est le pompiste d’une station-service, située en plein désert. Du passage, il n’y en pas beaucoup, et cela lui convient très bien. En tant que chat sauvage, il aime la solitude. Ce soir-là, il fait le plein, pour la famille Lapin, la maman et ses trois enfants. Ils partent pour la mer, et ne vont pas trop s’attarder à la station ; sauf que, problème, la voiture ne redémarre pas. A la nuit tombée, la famille est toujours là, et le pompiste ferme boutique. Les malheureux se résignent à dormir dans leur voiture, jusqu’à ce que le chat les invite cordialement à rejoindre son appartement sous la station. Les lapins investissent le lieu avec joie, bousculant les habitudes du grincheux. Pour son plus grand plaisir ? En re-demandera-t-il ? Nous, on l’adore, ce Francisco, avec son allure de chat grognon. On le brosserait bien dans le mauvais sens du poil, pour le faire rigoler. Finalement, c’est un peu ce que fait la famille Lapin, en le sortant de sa solitude : elle lui se

Le palace de Rose et Suzon - Un mariage extraordinaire , de Gwenaële Barussaud et Lucie Durbiano

Laissez-moi vous présenter les deux héroïnes de cette histoire. Tout d’abord, il y a Rose, 11 ans. Elle est la fille du sous-directeur du luxueux hôtel Ritz. Jeune fille pétillante et audacieuse, elle s’échappe la nuit de sa chambre feutrée pour aller pâtisser dans les cuisines du palace. Puis, il y a Suzon, 11 ans, également. La jeune fille est femme de chambre, au service des riches clients de l’hôtel. Les demoiselles sont devenues, un jour, amies, dans les cuisines de l’établissement, devant une assiette de crêpes Suzette. Dans ce tome 2 des aventures de Rose et Suzon, dans le Paris des années 20, se prépare en secret le mariage d’une chanteuse d’opéra et d’un aviateur. Mais, rien ne se passe comme prévu. La future mariée est sans nouvelle du futur époux, qui doit arriver à la dernière minute. Le pire/meilleur critique gastronomique de Paris pointe le bout de son nez, alors que tout l’hôtel est en plein préparatif … Le mariage aura-t-il lieu ? Tout sera-t-il prêt ? Je ne vous en d