Accéder au contenu principal

Je compte jusqu'à 3, d'Emile Jadoul


   C’est bientôt la Fêtes des Pères, non ? Alors, aujourd’hui, je reviens avec une histoire de papa.



   Cette histoire, c’est celle d’un papa bouc et de son fils. Papa Bouc est un papa très pressé, mais Petit Bouc, pas vraiment. Alors, que Papa Bouc fait deux choses à la fois (comme boire son café en se douchant ou se raser en se brossant les dents), Petit Bouc prend son temps. Papa Bouc s’énerve et menace de compter jusqu’à 3. Mais Petit Bouc reste calme tout en se préparant. Il finit même par avoir le dernier mot :

« … à l’école, j’ai appris à compter jusqu’à 10. Si tu veux, je peux t’apprendre ! On serait moins pressé le matin …  »

   Ce livre, je l’avais acheté, il y a quelques années, pour mon mari et mon fils. En effet, je les reconnaissais totalement dans ces deux personnages. Mon mari s’occupe des enfants le matin, car je pars plus tôt. Nous nous croisons seulement quelques dizaines de minutes. Et les dialogues d’Emile Jadoul sont ceux que j’entends souvent le matin en enfilant mes chaussures. Ce sont les discussions de mon homme pressé (stréssé ?) et de mon fils toujours très zen et qui prend son temps pour tout. 


   Pour ne rien gâcher, les illustrations sont très amusantes et complètent judicieusement le texte.



   Si vous aussi, vous avez à la maison ce genre de spécimens (pas très rares, il me semble), offrez-leur cet album. Il ne manquera pas de les faire sourire !




Dès 3 ans

Titre : Je compte jusqu’à 3.
Auteur : Emile Jadoul
Editeur : L’Ecole des Loisirs         Collection : Pastel     
Date de première parution : 2005



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

Francisco, de Perceval Barrier

      Francisco est le pompiste d’une station-service, située en plein désert. Du passage, il n’y en pas beaucoup, et cela lui convient très bien. En tant que chat sauvage, il aime la solitude. Ce soir-là, il fait le plein, pour la famille Lapin, la maman et ses trois enfants. Ils partent pour la mer, et ne vont pas trop s’attarder à la station ; sauf que, problème, la voiture ne redémarre pas. A la nuit tombée, la famille est toujours là, et le pompiste ferme boutique. Les malheureux se résignent à dormir dans leur voiture, jusqu’à ce que le chat les invite cordialement à rejoindre son appartement sous la station. Les lapins investissent le lieu avec joie, bousculant les habitudes du grincheux. Pour son plus grand plaisir ? En re-demandera-t-il ? Nous, on l’adore, ce Francisco, avec son allure de chat grognon. On le brosserait bien dans le mauvais sens du poil, pour le faire rigoler. Finalement, c’est un peu ce que fait la famille Lapin, en le sortant de sa solitude : elle lui se

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son