Accéder au contenu principal

A l'heure anglaise


Aujourd’hui, je vous propose de vous mettre à l’heure anglaise, avec trois livres mettant la capitale britannique et la langue anglaise à l’honneur. 

Tom et Kate, fraîchement arrivés à Londres avec leurs parents diplomates, sont invités sur le tournage d’un film à Notting Hill. Grâce à l’assistante de la réalisatrice, ils vont découvrir les décors et plus particulièrement, une librairie, qui sera le lieu de rencontre des deux personnages principaux du film. Tom est surpris de s'apercevoir que les livres de la boutique sont factices, sauf l’exemplaire rare de Roméo et Juliette prêtée par le libraire du quartier. Bien que le livre soit l’objet de toutes les intentions, il va être dérobé ; l’occasion pour Tom et Kate de mener leur enquête. 
Voici en quelques mots l’une des histoires de Les deux de Baker street/Mission Londres. « Les deux », ce sont, bien sûr, Tom et Kate, les héros des trois enquêtes qui composent ce livre bilingue. La grande majorité des histoires sont écrites en français, mais quelques mots anglais se sont glissés entre les lignes. Ce sont des mots du quotidien, des mots faciles à comprendre dans le contexte, ou bien déjà rencontrés par nos petits écoliers ; ce qui ne freine en rien la compréhension, au contraire c’est un vrai petit plus. En fin de livre, on retrouve un mémento pour la langue et des encadrés « en savoir plus » pour la culture. Le livre est accessible dès 8 ans, mais on peut très bien imaginer une lecture conjointe adulte-enfant pour ceux que cela effraierait. Le vocabulaire est riche et les récits montrent une vraie volonté d’initier à la culture britannique. Certaines situations dans lesquelles se retrouvent nos deux héros pourront paraître improbables, voire tirées par les cheveux à certains adultes, mais je crois que c’est finalement ce qu’aiment les jeunes lecteurs. Chaque histoire se termine par une question permettant de résoudre l’enquête. Mais pour moi, l’essentiel n’est pas là, mais davantage dans le récit. Les illustrations dans un style très « dessins animés » contribuent au succès de l’ouvrage auprès des enfants. 

Les deux de Baker Street/Mission Londres — Tome 1, de Pascal Brissy et Garance Royère — Gulf Stream éditeur — 2021
Dès 8 ans 


Dans ce livre, Gadou, le petit personnage créé par Mr Tan (qui est aussi le papa de l’incontournable BD Mortelle Adèle), va découvrir la ville de Londres. Gadou est un petit panda à l’air malicieux et curieux. Il invite le petit lecteur à le suivre à travers Londres, lui présentant objets et lieux emblématiques. Ces éléments symboliques de la culture britannique sont mis en avant comme dans un imagier, et traduits en anglais pour une première approche de la langue. Selon moi, c’est le livre idéal à glisser dans la valise pour un premier séjour outre-Manche. 
Gadou est le personnage d’une série : vous pouvez déjà le retrouver au Japon et à Paris, et bientôt il visitera New York. 

Gadou à Londres, de Mr Tan – Bayard jeunesse — 2022
Dès 12 mois


Musique ! 
Les éditions Larousse jeunesse proposent aux touts petits de découvrir cinq comptines anglaises, à travers un tout cartonné à puces. Les enfants raffolent de ces livres où ils n’ont qu’à poser le doigt pour déclencher de la musique. Ils appuient, ils écoutent, et parfois même se mettent à chanter ; et vous, vous n’entendez plus que cela à longueur de journée (psst, il y a un bouton on/off) ! Les comptines et chansons sont la base de la culture enfantine et de la culture d’un pays. De plus, entendre une langue étrangère, c’est déjà s’y familiariser. Ce livre est donc une vraie bonne idée. 

Mes plus belles comptines en anglais, illustré par Marie Paruit – Larousse jeunesse — 2021
Dès 2 ans



Bonne lecture !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à