Accéder au contenu principal

L’étrange garçon qui vivait sous les toits, de Charlotte Bousquet, Christine Féret-Fleury, Fabien Fernandez

Mars 2020. Les mesures de confinement pour faire face au COVID viennent d’être annoncées. Le père de Nina, médecin, décide de se confiner à l’hôpital, pour exercer son métier ; et confie sa fille, pour une période indéterminée, à l’une de ces anciennes collègues, Arlette. D’abord, vexée, la lycéenne finit par s’ouvrir à la nonagénaire, curieuse de savoir quelle adolescente elle était, à la suite de la découverte d’une valise de souvenirs à la cave. Mais la curiosité de Nina va être encore aiguisée lorsqu’elle va faire la rencontre dans l’escalier d’un étrange garçon. Le jeune homme n’est pas un inconnu pour Arlette, et va l’obliger à se replonger dans un passé douloureux, celui de la Seconde Guerre mondiale. 

La première de couverture particulièrement réussie et le résumé de ce livre ont, tout de suite, attiré mon attention. J’étais curieuse de savoir comment les auteurs avaient traité ce parallèle entre la période actuelle de pandémie et la Seconde Guerre mondiale. Bien que ces périodes soient très différentes, il est question de lutte et d’enfermement. Grâce à un va-et-vient entre le présent et le passé, on vit les événements à travers trois regards adolescents. Chapitre après chapitre, les auteurs offrent le point de vue des personnages principaux : Nina, Arlette et Natan. Le point de vue d’Arlette est tout à fait particulier, puisqu’elle était une adolescente en 1942, et qu’elle a le recul d’une vieille femme de plus de 90 ans en 2020. 

L’utilisation d’une petite dose de fantastique est particulièrement bien trouvée pour traiter ce thème. Malgré tout, j’avoue que le livre ne m’a pas totalement convaincu. Pour moi, les auteurs ont voulu mettre trop d’ingrédients supplémentaires, et la mayonnaise n’a pas pris. Parfois, le mieux est l’ennemi du bien. J’aurais aimé une fin plus simple, et moins de sujets annexes. 

Je n’ose pas vous en dire davantage, de peur de vous en dévoiler trop. Je vous invite donc à lire ce roman et à vous forger votre propre avis. Le livre a un vrai succès sur bookstagram ; alors, il sera peut-être vous cueillir, votre adolescent et/ou vous-même. 

Bonne lecture ! 

Dès 12 ans



L’étrange garçon qui vivait sous les toits, texte de Charlotte Bousquet, Christine Féret-Fleury et Fabien Fernandez, Slalom, mai 2021


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable