Accéder au contenu principal

Lucky Joey, de Carl Norac et Stéphane Poulin

New York. Sur une branche aux feuilles flamboyantes, Joey, l’écureuil, se réveille. Il s’apprête à aller travailler. Il exerce un métier périlleux : laveur de vitres, sur les plus hauts gratte-ciels de New York. Son cœur bat pour Léna, qu’il connaît depuis toujours et qui est repasseuse chez Dry Express. Ils ne roulent pas sur l’or, mais ils rêvent, malgré tout, d’un beau mariage et d’un voyage de noces loin de la ville. Mais en attendant, il faut travailler dur, et les habitants des buildings ne sont pas toujours très sympathiques, avec le petit laveur de carreaux. Heureusement, Joey s’est lié d’amitié avec le gentil Monsieur Grizzly, qui le régale de ces délicieux cookies. Un matin, le vieil ours n’est plus là; il a dû être hospitalisé. Néanmoins, il a laissé à son ami l’écureuil une enveloppe contenant une lettre et un collier ayant pour pendentif une noisette en or. Allant de malchances en problèmes, Joey et Léna perdent successivement leurs emplois. Sans le sou, Joey décide de vendre la noisette dorée de Monsieur Grizzly. C’est alors que celle-ci se brise, laissant apparaître le secret du vieil ours. Serait-ce la chance de sa vie?

Avant même d’ouvrir le livre, je suis tombée sous le charme de la magnifique illustration de première de couverture. Puis, mon coup de cœur s’est confirmé. Page après page, on y retrouve la poésie des mots de Carl Norac, accompagnée par les magnifiques peintures à l’huile de Stéphane Poulin. On suit Joey et Léna, dans un New York sublimé, à la conquête de leur rêve américain. Happy end garanti! Malgré les difficultés rencontrées par les deux héros, ça dégouline de bons sentiments et de joie de vivre. Et, waouh, ce que ça fait du bien! J’aime depuis toujours la prose et la poésie de Carl Norac. Avec cet album, je suis en admiration devant le travail d’illustration de Stéphane Poulin. Rien n’est laissé au hasard. Les personnages anthropomorphisés semblent plus vrais que nature; leurs regards et leurs postures laissant transparaître leurs caractères et leurs sentiments. Les couleurs utilisées, et les nombreuses références nous plongent dans la douceur automnale, de l’Amérique du début du XXe siècle. Le cadrage nous permet d’être, tour à tour, petit rongeur perdu dans le grand New York, ou spectateur émerveillé. On en prend plein les yeux! Un livre sublime à lire pour se persuader de croire en ses rêves.

 

Bonne lecture!

Dès 5 ans

 

Lucky Joey
Texte de Carl Norac, illustré par Stéphane Poulin       
L’école des loisirs, dans la collection Pastel
Novembre 2020

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

Francisco, de Perceval Barrier

      Francisco est le pompiste d’une station-service, située en plein désert. Du passage, il n’y en pas beaucoup, et cela lui convient très bien. En tant que chat sauvage, il aime la solitude. Ce soir-là, il fait le plein, pour la famille Lapin, la maman et ses trois enfants. Ils partent pour la mer, et ne vont pas trop s’attarder à la station ; sauf que, problème, la voiture ne redémarre pas. A la nuit tombée, la famille est toujours là, et le pompiste ferme boutique. Les malheureux se résignent à dormir dans leur voiture, jusqu’à ce que le chat les invite cordialement à rejoindre son appartement sous la station. Les lapins investissent le lieu avec joie, bousculant les habitudes du grincheux. Pour son plus grand plaisir ? En re-demandera-t-il ? Nous, on l’adore, ce Francisco, avec son allure de chat grognon. On le brosserait bien dans le mauvais sens du poil, pour le faire rigoler. Finalement, c’est un peu ce que fait la famille Lapin, en le sortant de sa solitude : elle lui se

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son