Accéder au contenu principal

Plus que quelques jours avant Noël ...

En attendant Noël, que fait-on ? On lit des livres de Noël, pardi !

Sur La Mare aux mots ici, je vous ai déjà fait découvrir mes deux premiers coups de cœur sur cette thématique parmi les livres sortis en 2020 ; voici, ici et maintenant, les deux suivants.  


Mamoush habite une maison, appelée La Biscornue. Durant les vacances de Noël, elle y accueille les Couzz, ces cinq petits-enfants, qui sont donc cousins. Entre le sapin, les décorations, la lettre au Père Noël, on ne s’ennuie pas dans cette maison.

Ecrire une lettre au Père Noël n’est pas chose facile, mais les cousins s’entraident jusqu’au PSEV (Postage Solennel en Ville). Trois jours plus tard, les enfants découvrent la réponse du Père Noël dans la boîte aux lettres. Mais la surprise n’est peut-être pas si bonne qu’il y paraît. Le vieux barbu a décidé cette année de ne distribuer qu’un cadeau par enfant ; décision à la fois plus raisonnable pour la planète et pour son vieux dos. Afin de répondre à sa demande, les enfants ont donc jusqu’au coucher du soleil pour lui envoyer un mail indiquant l’unique cadeau choisi. Autant dire que les Couzz ont dû mal à se faire à l’idée, mais ils obtempèrent.

Le 24 au soir, les grands décident de veiller le Père Noël pour en avoir le cœur net, mais font chou blanc. Jusqu’au matin du 25 décembre, où, là, surprise …

Surconsommation, plastique, emballages à outrance … Noël est devenue une fête bien éloignée des convictions de beaucoup de familles, désireuses de réduire leur empreinte écologique à cette période, comme le reste de l’année. Ce livre est le reflet de ce choix ; et de ce fait, est d’une très grande modernité. Je n’avais jamais vu Noël abordé sous cet angle dans un livre pour enfants. De plus, c’est raconté avec beaucoup d’humour, un bon moyen de faire passer le message. Et finalement, l’essentiel pour les enfants n’est-ce pas les bons moments passés en famille, avec leur grand-mère et leurs cousins ?  Toutefois, j’avoue ne pas être emballée par la fin ; mais chacun se fera son opinion. Par contre, on adore les illustrations de cette maison foisonnante, qui semble avoir une âme tout autant que ces habitants.

 

A lire, en attendant Noël, dès 7 ans.

 

Les Couzz des cadeaux par milliers
Texte de Fanny Joly, illustré par Eglantine Ceulemans
Little Urban
2020

 


Dès le mois de janvier, un Père Noël traverse la planète, à la recherche de sa tenue pour le plus grand jour de l’année, Noël. Dans chaque pays visité, il essaie costume traditionnel ou vêtement quotidien. Ainsi, en Ecosse, il laisse le vent s’engouffrer sous son kilt ; au Moyen- Orient, il essaie mille et un turbans en compagnie de chameaux … Pour finalement, opté pour un simple manteau blanc. Mais le vêtement restera-t-il de cette couleur immaculée ?

Pourquoi le Père Noël porte-t-il chaque année un manteau rouge ? Soit on reste sur l’idée qu’il a hérité cette couleur de la marque Coca-Cola, soit on croit à l’histoire qui nous est racontée dans cet album. Franchement, je préfère la deuxième option. Qu’il est drôle de penser que le Père Noël a parcouru le monde avant de choisir son costume ; mais surtout qu’il est drôle de voir le Père Noël sans ce fameux costume, mais sapés comme jamais ! Nous n’y sommes pas habitués. Pas plus que de le voir, dans des décors ultra-colorés, loin de la neige blanche. C’est toute cette originalité, qui donne son charme au livre. Vos enfants remarqueront peut-être également que le Père Noël a la peau noire. Nous n’y sommes pas habitués en métropole. Mais cela participe à l’ouverture culturelle, tout comme les paysages et les costumes traditionnels présents dans le livre. Le texte, bien que court, est riche au niveau du vocabulaire lié au champ lexical du vêtement. Voici, donc, un livre de Noël, comme on les aime.

 

A lire, en attendant Noël, dès 6 ans.


Un flamboyant Père Noël
Texte de Fabienne Jonca, illustré par Iloë
Atelier des nomades
2020




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Francisco, de Perceval Barrier

      Francisco est le pompiste d’une station-service, située en plein désert. Du passage, il n’y en pas beaucoup, et cela lui convient très bien. En tant que chat sauvage, il aime la solitude. Ce soir-là, il fait le plein, pour la famille Lapin, la maman et ses trois enfants. Ils partent pour la mer, et ne vont pas trop s’attarder à la station ; sauf que, problème, la voiture ne redémarre pas. A la nuit tombée, la famille est toujours là, et le pompiste ferme boutique. Les malheureux se résignent à dormir dans leur voiture, jusqu’à ce que le chat les invite cordialement à rejoindre son appartement sous la station. Les lapins investissent le lieu avec joie, bousculant les habitudes du grincheux. Pour son plus grand plaisir ? En re-demandera-t-il ? Nous, on l’adore, ce Francisco, avec son allure de chat grognon. On le brosserait bien dans le mauvais sens du poil, pour le faire rigoler. Finalement, c’est un peu ce que fait la famille Lapin, en le sortant de sa solitude : elle lui se