Accéder au contenu principal

Le petit chaperon rouge


J’aime la galette ; savez-vous comment ?
Avec un petit pot de beurre !
Vous l’aurez deviné ; je vais vous présenter divers albums reprenant le célèbre conte du petit chaperon rouge, qui n’a cessé d’inspirer auteurs et illustrateurs.

L’histoire, je ne vais pas vous la raconter, vous la connaissez tous. Mais si vous, adultes, sauriez réciter les contes par cœur ; par contre, les enfants les connaissent assez mal, d’où l’importance de leur lire, pour transmettre ce patrimoine.


*****

Commençons avec une version des Frères Grimm, celle que l’on pourrait dire édulcorée puisque le petit chaperon rouge et sa grand-mère se voient sauver par un chasseur. Enfin, tout de même, la grand-mère est ravie que la petite lui ait apporté une galette et une bouteille de vin, pour se remettre de ses émotions !


J’avoue un vrai coup de cœur pour les illustrations, comme autant de tissus à motifs habillant personnages et paysages. En effet, l’illustrateur utilise une technique tout à fait personnelle qui consiste à peindre du textile, qu’il tend sur une planche de bois.

Un régal pour les petits yeux !

Titre : Le petit chaperon rouge
Auteur : Frères Grimm       Illustrateur : F. Mansot
Editeur : Magnard jeunesse
Date de parution : 2006


 *****

Toujours les Frères Grimm, mais à la sauce Ilya Green. Ces illustrations sont d’une grande modernité : la maman pourrait être notre maman, la grand-mère pourrait être notre mamie, et le petit chaperon rouge pourrait être notre fille. Ce look ! Petites bottes rouges à pois blancs, petite jupe à motifs, et capuchon style poncho. Demain, je veux habiller ma fille, comme ça ; en espérant qu’elle ne rencontre pas le loup !


Le texte est ici retranscrit dans sa version longue ; donc pour les plus grands, afin de ne pas lasser les jeunes lecteurs.

Titre : Le petit chaperon rouge
Auteur : Frères Grimm       Illustrateur : Ilya Green  
Editeur : Flammarion         Collection : Père Castor
Date de parution : 2010


 *****

Beatrix Potter, qui raconte ici l’histoire de la petite fille au capuchon rouge, ne vous est certainement pas inconnu. Souvenez-vous, c’est la maman de Pierre Lapin. Cette version du conte, inédite et jamais publiée de son vivant, a donc un petit goût d’Angleterre ; sans oublier les racines françaises du récit, puisque c’est la fin sans détour, de Charles Perrault qui est mise en avant.

Avec Beatrix Potter, les 5 sens sont en éveil. Le regard est attiré vers les champs de coquelicots que traversent la jeune fille. Le soleil effleure la peau. Entendez-vous au loin le chant des bucherons ? Hum , ce petit goût de noisettes et de fraises des bois sur le bout de la langue.  L’odeur du chèvrefeuille chatouillera-t-elle vos narines, comme celles du loup ? De la poésie champêtre !


Les illustrations « so vintage » conviennent parfaitement à cette histoire intemporelle. Et que dire de ce loup aux allures de gentleman britannique !
A découvrir, à garder précieusement, et à offrir !

Titre : Le petit chaperon rouge
Auteur : Charles Perrault / Beatrix Potter          Illustratrice : Helen Oxenbury
Editeur : Kaleidoscope
Date de première parution : Octobre 2019


 *****



Retrouvons là encore une version de Perrault, moralité comprise. Intéressant, car nous ne la retrouvons que très rarement dans les albums. Une manière de nous rappeler de manière franche l’objectif premier du conte. Les jolis sous-vêtements à pois rouges de la jeune fille nous le rappellerons de manière plus subtile.


Au-delà du texte, ouvrez de grands yeux pour admirer le travail de Clémentine Sourdais. Nous voici face à un livre-accordéon, fait de papier découpé, noir et blanc et rouge au recto, totalement noir au recto. Ce livre à déplier est comme un petit théâtre, composé de décors miniatures. Nul besoin d’un lecteur, mais plutôt d’un conteur pour transmettre ce texte de tradition oral. A lire au coin du feu, pour voir se projeter sur le mur l’histoire en ombres chinoises.


Une vraie réussite ! On adore !

Titre : Le petit chaperon rouge
Auteur : Charles Perrault               Illustratrice : Clémentine Sourdais
Editeur : Hélium
Date de première parution : Octobre 2012




Et vous, un album du Petit Chaperon Rouge, qui vous tient à cœur ?



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable