Accéder au contenu principal

La maison d'édition L'Elan Vert , et ses dernières parutions


Depuis plus de vingt ans, la maison d’édition L’Elan vert nous régale avec des livres mêlant humour et information, art et fiction, pour les plus petits comme pour les plus grands.
Voici quelques chiffres pour s’en mettre plein les yeux. L’Elan Vert, c’est 90 auteurs/illustrateurs, 12 collections, 160 titres au catalogue et 35 nouveautés par an.


Leur collection phare se nomme « Pont des arts ». Elle a pour objectif de faire le lien entre les arts (le pont) : entre un récit de fiction (littérature) et d’autres formes d’arts (peinture, sculpture…). L’idée, c’est de sensibiliser les enfants à l’art par la fiction : raconter une histoire pour faire découvrir une œuvre d’art. Pour moi, cette collection donne envie d’aller encore plus loin avec son enfant, et de l’emmener au musée.


Un jour particulier, Michel Séonnet et Olivier Desvaux, L’élan vert, Collection Pont des arts, Mars 2019 (dès 8 ans)

Pour ma part, je suis assez exigeante avec ce type de livre, qui mettent en avant une œuvre et un artiste de renom. J’estime que texte et illustration doivent être « à la hauteur ».
Ici, le tableau mis à l’honneur est celui des glaneuses de Jean-François Millet. Le texte de fiction arrive à nous raconter le tableau, en explicitant ce terme de glaneuse, en le faisant à hauteur d’enfant, et en n’oubliant pas d’y apporter la touche sociale. L’illustrateur a, quant à lui, travaillé sur la lumière, comme Millet ; et a même fait référence à quelques- unes de ses œuvres.
Plus qu’une mise en lumière, cet album est vraiment un bel hommage.



Chère Mamie, Emilie Chazerand et Charles Dutertre, L’élan vert, Collection Poivre et compagnie, Mars 2019 (dès 5 ans)

Chronique complète, à retrouver ici.


Ticajou à Londres, Christelle Saquet et Sophie Rohrbach, L’élan vert, Septembre 2019 (dès 4 ans)

Cet album est issu de la collection multimédia de livres-CD : une histoire et une dizaine de musiques à écouter.
Deux écureuils, Ticajou et Nougatine, sont à Londres. Pas de chance pour Ticajou, il perd son sac, et doit retraverser la ville ! Pour nous, c’est l’occasion de parcourir Londres, de découvrir la langue anglaise et de se plonger dans la pop anglaise.
D’un côté, bus rouge, Buckingham, Hyde Park … et autres références britanniques
De l’autre, des chansons comme Love is all, ou du twist, ou bien encore des groupes comme les Beatles ou les Clash, … Des tubes à partager en famille.
L’histoire est le point d’appui. Elle est mise en valeur par/pour la musique. Voix ou chœur, instrument solo ou fanfare, les tubes sont interprétés de manière très originale.
Petit plus : un point documentaire, en fin de livre.



Si je vous ai donné envie d’en découvrir plus au sujet de cette maison d’édition, n’hésitez pas à leur rendre visite : www.elanvert.fr




********************************************************************************

Et pour la version télévisuelle de cette chronique, c’est par là :





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

Neige, d'Anaïs Brunet

Le froid s’est installé et a blanchi le ciel. Des flocons tombent enfin pour la plus grande joie des enfants et de leurs amis les animaux. La nature devient un lieu magique, propice à mille facéties. Mais bientôt, la neige fond, laissant place à de nouveaux petits plaisirs.  Avec son dernier album, Anaïs Brunet nous embarque à nouveau dans son univers délicieusement rétro et naïf. Quel moment merveilleux pour un enfant que de voir la neige tomber ! Avec ses mots et ses pinceaux, l’artiste retranscrit dans cet album les sensations et les émotions des plus jeunes au contact de la nature en hiver. Le texte court est poétique. Il joue sur les allitérations, faisant de la lecture par l’adulte une douce musique aux oreilles des tout-petits. Les illustrations peintes à la gouache sont rehaussées de reliefs et de brillance, qui donnent envie de manipuler le livre pour s’en amuser. Ce tout carton au format original est le premier d’une série de 4 albums sur les phénomènes météorologiques (neige

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à