Accéder au contenu principal

De beaux livres à découpes, à noter sur la liste au Père Noël



A l’approche des fêtes, j’avais envie de vous proposer des beaux-livres, de ceux qui en mettent plein les yeux. J’ai donc fait, pour vous, une sélection de livres, utilisant une technique d’illustration, tout à fait particulière : la découpe laser.




Midi Pile, de Rebecca Dautremer – Sarbacane (2 octobre 2019) / Pour tous – Dès 6 ans

Cet album est une nouveauté, sortie il y a quelques semaines, mais dont le succès est déjà énorme.
Ce livre reprend un moment-clé de l’album précédent de Rebecca Dautremer : Les riches heures de Jacominus Gainsborough. Ce moment si important, c’est celui de l’adieu. Jacominus va s’embarquer, il a quelque-chose de très important à dire à son amoureuse. Viendra-t-elle ?
Il me semble intéressant de connaître « Jacominus », pour pouvoir apprécier autant le texte que l’image de « Midi Pile ».
Ce livre est comme un décor de théâtre qui s’animerait. On traverse l’ensemble de l’épaisseur du livre, suivant le chemin de Douce, et apercevant déjà le point d’arrivée. A sa manière, on se rapproche peu à peu de l’être aimé, au fur et à mesure que les pages se tournent. Les éléments cachés se dévoilent peu à peu, grâce à un agencement très réfléchi. Voici un album tout en lenteur, tout en douceur, tout en délicatesse.
Cette dentelle est rendue possible grâce à plus de 100 découpes laser, fines et délicates, colorées ; mettant en relief, les illustrations travaillées et le souci du détail de l’illustratrice. Un livre puissance 1000 par rapport à tout ce qui peut se faire dans le genre ; c’est juste magnifique !




Un petit tour avec Mary Poppins, de Hélène Druvert Gautier-Languereau ( 2016) Dès  3 ans

Hélène Druvert est, tout comme Antoine Guilloppé, une spécialiste de cette technique d’illustration.
Profitons des fêtes pour faire découvrir à nos enfants la Mary Poppins du film Disney, mais aussi celle de ce beau livre d’Hélène Druvert. Tous les éléments sont là : Londres au début du XXe siècle, et l’allée des Cerisiers, Jane et Michael Banks, et leur fabuleuse nounou ; et bien sûr, des aventures et des rêves merveilleux.
Ce livre aux découpes fines et délicates, comme une dentelle noire, joue avec le noir et le blanc, mais surtout avec les ombres. Lorsque l’on fait se balancer une page découpée au-dessus de la suivante en gris/blanc, on voit danser les ombres des découpes. A regarder absolument un soir, à la lumière, juste avant de se coucher, pour s’émerveiller devant détails architecturaux et mini personnages.
Le texte est bref, laissant la place à l’illustration et à l’imaginaire. Avec Mary Poppins, le texte comme l’illustration nous plonge dans la féerie.  




Le lac des cygnes, de Charlotte Gastaut – Editions Amaterra (2012) Dès 4-5 ans

Cet album de Charlotte Gastaut reprend le célèbre ballet de Tchaïkwosky. Un prince doit se marier ; au hasard d’une rencontre, il tombe fou amoureux de la princesse des cygnes. Elle est sous l’emprise d’un maléfice du terrible enchanteur ; celui-là même qui souhaite faire épouser sa fille, la créature couleur de nuit, par le prince. Mais l’amour triomphera.
Le texte est simplifié, pour une première approche du conte.
Là encore, le livre est illustré en dentelle de papier. Son originalité réside dans l’utilisation des couleurs bleu et doré (en opposition au noir et blanc, très souvent utilisé avec cette technique). Le jeu des couleurs sur le recto et le verso des découpes se veulent une subtilité supplémentaire.
Les découpes sont moins fragiles ; par conséquent, plus faciles à manipuler par les petits doigts. Pas d’inquiétudes, la magie opère, malgré tout.






Casse-noisette, de Shobina Patel – Sarbacane (2017) Dès 6 ans

C’est de nouveau un ballet de Tchaïkovsky, qui est mis à l’honneur.
Un soir de Noël, Clara reçoit de son parrain un casse-noisette en cadeau. La nuit venue, les jouets prennent vie ; le casse-noisette se transformant en prince. Bataille et voyage merveilleux se succèdent. Quand Clara se réveille, c’est Noël. Cela n’était-il qu’un rêve ?
Cette version simplifiée du texte rend la lecture accessible aux plus jeunes.  
Cette fois, ce sont deux techniques d’illustration qui nous en mettent plein les yeux : la découpe et le pop-up ; ce que l’on appelle de l’illustration en paperscope. Comment ça fonctionne ? Un cylindre sur lequel on appuie légèrement avec le doigt, pour avoir apparaître la scénette ou le personnage de papier. C’est comme une image au bout de la lunette Magique !
La technique est vraiment innovante !
Le petit plus, c’est le petit prix de la sélection : 18€95




J'ai également proposé cette chronique dans l'émission TILT de TV TOURS le 21 novembre 2019. Pour le replay, c'est par ici : http://www.tvtours.fr/emission/11/tilt?fbclid=IwAR3bjooLQCUROQIe7s4guOVr74YCurLUdQDAWgyVGVYSKURnJJwlpugxwoY#x7oafn8/TILT%20-%2021/11/2019%20-%203/3

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

Neige, d'Anaïs Brunet

Le froid s’est installé et a blanchi le ciel. Des flocons tombent enfin pour la plus grande joie des enfants et de leurs amis les animaux. La nature devient un lieu magique, propice à mille facéties. Mais bientôt, la neige fond, laissant place à de nouveaux petits plaisirs.  Avec son dernier album, Anaïs Brunet nous embarque à nouveau dans son univers délicieusement rétro et naïf. Quel moment merveilleux pour un enfant que de voir la neige tomber ! Avec ses mots et ses pinceaux, l’artiste retranscrit dans cet album les sensations et les émotions des plus jeunes au contact de la nature en hiver. Le texte court est poétique. Il joue sur les allitérations, faisant de la lecture par l’adulte une douce musique aux oreilles des tout-petits. Les illustrations peintes à la gouache sont rehaussées de reliefs et de brillance, qui donnent envie de manipuler le livre pour s’en amuser. Ce tout carton au format original est le premier d’une série de 4 albums sur les phénomènes météorologiques (neige

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à