Accéder au contenu principal

Oh là-haut ! de Popy Matigot


Oh ! La belle maison d’éditions ! Je découvre avec ce titre la toute jeune maison d’éditions « Helvetiq ». C’est une maison suisse, comme son l’indique, toute nouvelle en France, et qui publie pour la jeunesse depuis la fin de l’année dernière. Son catalogue est tout à fait prometteur, et ce titre a particulièrement attiré mon attention.


Je vous raconte ?


Chez les Holalos, tout le monde vivait haut perché, dans de jolies maisons géométriques montés sur pilotis. Vivre en hauteur, c’est pouvoir (presque) toucher les étoiles ; vivre en hauteur, c’est être tranquille (sans se faire embêter par les autres). Malgré tout, il fallait bien communiquer. Alors Piou, qui aimait grimper, se chargeait de faire le messager ; jusqu’au jour où il perdit le fil des conversations, créant un sacré bazar. Alors, ne pouvant rabibocher tout le monde, il les secoua de leurs perchoirs. A la dispute générale succéda le temps de la conversation. Et chacun finit par en convenir, vivre ensemble peut être très plaisant.



Une manière originale d’aborder la thématique du vivre-ensemble, et de rappeler, de métaphore en métaphore, que la communication est la clé.
Un vrai coup de cœur pour ces illustrations très graphiques et un peu rétro en pantone, et pour ce livre qu’il faut tourner dans un sens puis dans l’autre pour pouvoir le lire.


Un livre à lire et à méditer, ensemble !


Bonne lecture !




Dès 5 ans
Titre : Oh là-haut !
Auteur : Popy Matigot 
Editeur : Helvetiq
Date de première parution : Mars 2019



* Merci à l'éditeur

Commentaires

Publier un commentaire

N'hésitez pas à laisser un commentaire. J'aime bien vous lire !

Posts les plus consultés de ce blog

C'est quoi un bookface ?

Ce samedi 19 janvier, lors du salon BLOG’IN TOURS , au grand théâtre de Tours, nous vous proposerons tout au long de la journée de faire des bookfaces. Bookface  ? C’est quoi un bookface ? Reprenons nos bases d’anglais ! Book, c’est le livre ; face, c’est le visage. Le bookface, c’est donc l’art de réaliser un portrait photographique, en plaçant une couverture de livre devant son visage. Pour un bookface réussi, il faut jouer au maximum avec le visage représenté sur la couverture, les détails du livre et de l’environnement, ainsi que les couleurs. Dernier point, il faut tenter de respecter les proportions, pour que l’illusion fonctionne au maximum.  Alors, vous venez jouer avec nous, samedi prochain ? Nous serons cinq  blogueuses pour vous accueillir : Mademoiselle Maeve , Between the Books , Somewhere over the teapot , Bérengère, et moi-même. 

Affamé comme un loup, de Silvia Borando

Qui a dit que les livres pour les petits devaient être pauvres en texte ? Sûrement pas la maison d’édition Little Urban, qui nous propose ici un livre de Silvia Borando mettant en images une série d’expressions animalières. Dans une forêt, se trouvait un loup affamé. Sans attendre, le lièvre prend donc la fuite. Il tente d’entraîner avec lui l’escargot, qui s’avère lent comme … un escargot ! Il l’emmène donc sur son dos. Puis, il rencontre le loir. Lui non plus ne veut pas fuir, puisqu’il dort comme … un loir ! Alors, le lièvre décide de le traîner. Finalement, les voilà face à un âne, qui ne veut pas fuir puisqu’il ne croit pas à cette histoire de loup ; il est têtu comme … un âne ! Tant pis pour lui, qu’il reste là ! Heureusement, l’équipe arrive chez la taupe qui peut les conduire à l’abri. Elle assure ne pas voir le loup. Tout va bien donc … à moins qu’elle ne soit myope comme une taupe ! Je ne vous dévoilerai pas la fin pour maintenir la surprise ; mais promis, personne

Les éditions Margot nous emmènent en voyage et en vacances

« Créées en 2012, les Éditions Margot n’ont qu’un seul mot d’ordre : faire de beaux livres ! Des objets soignés, aux finitions raffinées, avec une mise en page faisant la part belle aux illustrations. » Je ne saurai dire mieux ! Jolie découverte pour moi, que cette maison d’éditions, dont je vais, sans nul doute, surveiller les parutions à venir.     Le voyage de Samy Bear Dans cet album, nous suivons Samy Bear dans ses souvenirs, et dans son voyage à bord d’un bateau de bois construit de ses mains. Le voyage est ici utilisé comme une métaphore, car cette histoire se veut être une réflexion sur la vie et sur le temps qui passe. La vie est un beau voyage, adouci par les rencontres, la musique et les mots. Chaque personnage rencontré devient à la fois vecteur d’émotions et guide pour Samy. Au-delà de l’histoire, j’ai eu un vrai coup de cœur pour les illustrations. Samy est un ours, bien entendu ; un ours aux joues rondes et au pelage bleu. Il me rappelle un peu le te