Accéder au contenu principal

Dans l'univers de .... Christine Davenier.


Depuis quelques jours, et jusqu’au 18 mai, la bibliothèque municipale de Tours accueille l’exposition « Au pays de Minusculette ».

Les enfants ont l’habitude d’admirer les illustrations de leurs livres préférés sur papier glacé. La bibliothèque nous donne l’occasion de découvrir des originaux : des dessins à l’encre, à admirer comme de petits tableaux.

Christine Davenier, l’autrice/illustratrice mise à l’honneur, a grandi en Touraine, dans une maison avec un jardin, non loin d’une grand-mère qui faisait de l’aquarelle et qui aimait les oiseaux et les fleurs. Les couleurs, les parfums lui sont restés en mémoire.

Si je vous raconte tout cela, c’est parce que vous verrez en allant à l’exposition ou en vous plongeant dans ses livres que cela reste encore la source de son inspiration.  En effet, Minusculette, le personnage qui est au cœur de l’exposition, n’est autre que la petite fée des jardins !


Minusculette est l’héroïne d’une série de cinq albums, écrite par Kimiko et illustrée par Christine Davenier, entre 2017 et 2019.

Jusqu’alors, je ne connaissais de Christine Davenier que l’album Minusculette en été, dont je vous parlais ici.

Sa venue dans ma région m’a donné envie d’en savoir plus sur cette illustratrice. Je vous emmène donc à la découverte de trois de ses albums.



Cet album est le dernier de la série. C’est le dernier mais le premier, car il revient sur le commencement, c’est-à-dire la naissance de la petite fée des jardins.


Savez-vous comment naissent les fées ?
Tous les 100 ans, une étoile filante tombe sur terre, à l’endroit même, pousse un arbrisseau, l’arbre à fées. Au lever du soleil, un arc-en-ciel apparaît et saupoudre celui-ci de paillettes. C’est ce moment que choisissent neuf petites fées pour sortir de leurs chrysalides.

Dans cet album, on retrouve dans les illustrations, tout le style de Christine Davenier :  le crayonné et l’encre. Rien à voir avec du dessin sur ordinateur.
Cet album est chatoyant, un régal pour les yeux.

Si vous aimez Minusculette, il semblerait que des nouveautés se préparent …

 Titre : Le premier jour de Minusculette,
Autrice : Kimiko      Illustratrice : Christine Davenier                        
Editeur : L’école des Loisirs 
Date de première parution : Février 2019



Léontine a un frère et une sœur roses et dodus, qui aiment faire la sieste dans la boue. Deux porcelets, bien sous tous rapports, en somme. Mais, elle, elle est jaune et farfelue. Imaginant que toute la ferme se moque d’elle, elle cherche à masquer sa différence, à ressembler à tout le monde, à devenir rose.  Ses tentatives se relèvent infructueuses. Et elle finit par se rendre compte que c’est telle qu’elle est, que les siens l’aiment.


Christine Davenier qui se reconnait davantage comme illustratrice, assume ici les deux rôles d’autrice et d’illustratrice. Et c’est réussi.

Côté illustration, on reconnait son style où crayons et pinceaux, se partagent le beau rôle.

Côté texte, c’est plein de sens. Ce joli petit album aborde la différence sous un angle positif, rappelant à nos petits, que nos différences ne sont pas forcément des faiblesses et peuvent devenir nos forces. 

Titre : Léontine
Autrice et illustratrice : Christine Davenier                  
Editeur : Kaléidoscope  
Date de première parution : 2016



Louna est une petite fille solitaire, mais pas dénuée d’imagination. Quand elle s’allonge dans la chambre bleue de sa grand-mère, c’est officiellement pour y faire la sieste. Mais ses rêveries l’emmènent à l’aventure, dans les scénettes du papier peint, en toile de Jouy, en compagnie d’un chien rouge.


Comme beaucoup des personnages de l’illustratrice Louna semble virevolter à travers le décor.
Son crayon rouge aussi semble virevolter, animant ici et là le décor de la toile de Jouy, à hauteur d’enfant.

Sans nul doute, cet album aura un écho dans le cœur des adultes, rappelant à l’un une grand-mère au grand cœur, ou à l’autre une chambre au papier peint fantaisie.

Titre : Louna et la chambre bleue
Autrice :         Illustratrice : Christine Davenier                       
Editeur : Kaléidoscope  
Date de première parution : 2014






Pour les tourangeaux, en plus de l’exposition, il y aura un atelier avec Christine Davenier le 11 mai. Renseignements auprès de la bibliothèque.



Bonne lecture !




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Tout schuss, Gabi, de Soledad Bravi

Les vacances au ski, c’est génial ! Mais lorsque nos grands sportifs sont au repos, il faut trouver à les occuper. Soledad Bravi nous offre le livre parfait à glisser dans la valise de nos jeunes sportifs-lecteurs.

Gabi quitte sa vie d’écolière pour partir en vacances à la montagne, avec sa mère et ses cousins. Nous la suivons dans ces aventures, du voyage en train à la deuxième étoile, sans oublier tous les éléments d’un séjour à la neige : location des skis, cours et moniteur, bataille de boules de neige et luge …


Ce livre est très bien pour les jeunes lecteurs, tant par le fond que par la forme. Le texte et les illustrations s’entremêlent pour donner sens à l’histoire, pour accompagner le lecteur dans sa compréhension. Le jeune skieur pourra, s’identifier à la narratrice, et aux moments vécus par celle-ci.

Cependant, j’avoue être de nouveau légèrement dérangée par le côté très « parisienne » de la petite Gabi ; malgré tout, moins marqué que dans le roman « Vive, la vie, Gabi ! ».

Bonne…

L'art de la préhistoire

Une fois n’est pas coutume, c’est avec un documentaire, que je reviens vers vous, aujourd’hui.
Amatrice d’art et de son histoire, j’étais curieuse de découvrir, et de faire découvrir à mon grand, ce premier volume de la nouvelle collection encyclopédique Reg’ART des éditions Citadelles et Mazenod, à destination des jeunes lecteurs.
J’avoue, la préhistoire n’est pas ma période préférée. Et pourtant, je me suis laissée prendre au jeu, comme une enfant, car le livre est vraiment bien conçu.

Les œuvres réunies dans ce volume sont présentées de manière ludique, à l’aide de « pages-cache ». Paradoxalement, cela permet une analyse plus précise de chaque œuvre. En effet, on s’attarde d’abord sur les détails, se questionnant à leurs sujets, avant une observation plus large.
Le texte informatif, découpé en petits encarts, facilite également la lecture, et évite le gros bloc de texte qui pourrait vite décourager les enfants.
Ces différentes approches font de l’enfant un acteur de sa lecture et de…