Accéder au contenu principal

Vies volées, Buenos Aires, Place de Mai, de Matz et Mayalen Goust


   Vous la connaissez celle qui commence à prendre vraiment plaisir à lire des bandes dessinées et des romans graphiques ? Eh, oui, c’est moi !



   Cette fois, c’est le thème de l’ouvrage qui a d’abord su attirer mon attention. Le sujet traité m’avait particulièrement interpellé lors de mes études d’espagnol ; et cela m’a intéressé de le voir aborder de manière différente, à travers la bande dessinée.

   Probablement, avez-vous déjà entendu parler des grands-mères de la Place de Mai, à Buenos Aires ? Ces femmes recherchent leurs petits-enfants, volés lors de la période de la dictature. En effet, de 1976 à 1983, des dizaines de milliers d’opposants politiques disparaissent. Parmi eux, se trouvent des femmes enceintes, à qui l’on arrache leurs enfants à la naissance, pour les confier à des familles « convenables ».



   Dans ce livre, Mario, qui s’interroge beaucoup sur son identité, va à la rencontre de ces grands-mères, accompagné de son ami Santiago. S’en suit pour les deux jeunes hommes des tests ADN, qui bouleverseront leurs vies.




Mon avis :
Ce livre est une bonne manière de faire découvrir ce pan de l’histoire argentine, à ceux qui ne la connaissent pas, adultes comme adolescents. Un livre, comme un acte de mémoire. Un livre, comme un bel hommage aux grands-mères de la Place de Mai.
Quelques détails m’ont un peu dérangé. Je n’ai pas particulièrement accroché avec les dessins (question de goût, et non de qualité).
Malgré tout, texte et images fonctionnent bien ; et nous laissent ressentir le poids du tourment.
En résumé, ce fut un bon moment de lecture pour moi.




Titre : Vies volées, Buenos aires, Place de Mai
Auteur / Illustrateur : Matz et Mayalen Goust             
Editeur : Rue de Sèvres  
Date de première parution : Janvier 2018


* Merci à Rue de Sèvres 


Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bulle d'été, de Florian Pigé

L’été s’échappe déjà, et vos enfants et vous-même cherchez à en saisir les derniers instants … Alors, cet album sera votre lecture favorite des prochains jours.


Un petit garçon, livré à lui-même depuis le début de l’été, vaquent à ses occupations habituelles, en ces derniers jours de vacances. Le programme est toujours le même : repêcher les petites créatures tombées dans la piscine, regarder des films, dessiner ; puis nourrir les chats du quartier avec sa cape de super-héros sur le dos, aller chercher son goûter à la boulangerie à vélo, laisser libre-court à son imaginaire. Et parfois, une belle surprise, une chance même : croiser la belle Lily, dont il ne connaît que le prénom, car il est bien trop réservé pour l’aborder. Il aurait encore tant de choses à faire ; mais, demain, c’est la rentrée. Voilà, c’est le grand jour. Déception, pas de visage connu, dans la classe ! Mais après tout, personne n’est à l’abri d’une bonne surprise…



Un livre sur la rentrée ? Un livre sur les vacances ?…

Inclood, ou comment rendre la littérature de jeunesse accessible à tous.

Il y a peu de temps, j’ai découvert l’application Inclood. C’est une application gratuite, qui propose une lecture bilingue français- langue des signes, en scannant les pages du livre papier.
L’application est facile d’utilisation. L’enfant doit simplement survoler chaque page. Quand une bulle apparaît, il clique. Une personne signe ensuite l’histoire, pour les sourds et les malentendants. L’histoire est également dite, et accompagnée d’un fond musical, pour les entendants.

Inclood collabore avec L’école des Loisirs, et donne donc accès à des livres de qualité. Nous avons testé  C’est moi le plus fort  de Mario Ramos. Vous pouvez également retrouver : Cornebidouille, Grosse colère … Des classiques pour tous.



Une belle initiative que je voulais saluer et vous faire découvrir. Quand le numérique devient un outil au service de la personne en situation de handicap, je dis : Bravo !

Vacances d'été, de Mori

Les vacances se terminent, la rentrée approche. On range les valises, on ressort les cartables. Mais, peut-être, êtes-vous comme moi ?! Pour prolonger un peu les vacances, j’adore compiler nos photos dans des albums-souvenirs.
« En souvenir de ce qui s’est passé et qu’on ne veut pas oublier. »
Voici la première phrase de l’album « Vacances d’été ». Une deuxième phrase vient clôturer l’album ; et entre les deux, une série d’illustrations. Comme dans un album-photos, les images se succèdent, nous racontant l’été d’une petite fille et de son chat, qui posent juste avant le « clic-clac ». Ses instantanés d’été parleront à tous, tant ils sont universels : manger une glace, faire du vélo, mettre les pieds dans l’eau, voir un feu d’artifice, aller au parc … Un concentré de petits bonheurs !


Comme souvent dans la littérature asiatique, on retrouve beaucoup de douceur et de poésie. Mori a su capter les moments simples de la vie, ceux qui font nos souvenirs et qui nous touchent. Les illustrations…