Accéder au contenu principal

Vies volées, Buenos Aires, Place de Mai, de Matz et Mayalen Goust


   Vous la connaissez celle qui commence à prendre vraiment plaisir à lire des bandes dessinées et des romans graphiques ? Eh, oui, c’est moi !



   Cette fois, c’est le thème de l’ouvrage qui a d’abord su attirer mon attention. Le sujet traité m’avait particulièrement interpellé lors de mes études d’espagnol ; et cela m’a intéressé de le voir aborder de manière différente, à travers la bande dessinée.

   Probablement, avez-vous déjà entendu parler des grands-mères de la Place de Mai, à Buenos Aires ? Ces femmes recherchent leurs petits-enfants, volés lors de la période de la dictature. En effet, de 1976 à 1983, des dizaines de milliers d’opposants politiques disparaissent. Parmi eux, se trouvent des femmes enceintes, à qui l’on arrache leurs enfants à la naissance, pour les confier à des familles « convenables ».



   Dans ce livre, Mario, qui s’interroge beaucoup sur son identité, va à la rencontre de ces grands-mères, accompagné de son ami Santiago. S’en suit pour les deux jeunes hommes des tests ADN, qui bouleverseront leurs vies.




Mon avis :
Ce livre est une bonne manière de faire découvrir ce pan de l’histoire argentine, à ceux qui ne la connaissent pas, adultes comme adolescents. Un livre, comme un acte de mémoire. Un livre, comme un bel hommage aux grands-mères de la Place de Mai.
Quelques détails m’ont un peu dérangé. Je n’ai pas particulièrement accroché avec les dessins (question de goût, et non de qualité).
Malgré tout, texte et images fonctionnent bien ; et nous laissent ressentir le poids du tourment.
En résumé, ce fut un bon moment de lecture pour moi.




Titre : Vies volées, Buenos aires, Place de Mai
Auteur / Illustrateur : Matz et Mayalen Goust             
Editeur : Rue de Sèvres  
Date de première parution : Janvier 2018


* Merci à Rue de Sèvres 


Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Ernest et Célestine soufflent leurs 40 ans !

Connaissez-vous Ernest et Célestine ? Je suppose que oui, puisque cela fait 40 ans qu’ils occupent la scène littéraire. Et si vous ne les connaissez pas encore, vous êtes devant un merveilleux univers à découvrir.  A l’occasion de cet anniversaire, j’ai eu la chance de recevoir trois ouvrages « Ernest et Célestine » publiés par Casterman : Ernest et Célestine, mon premier imagier – Mon cahier d’activités Ernest et Célestine – Ernest et Célestine, comment tout a commencé.  Et j’avoue mon cœur balance pour ce dernier, dont j’ai très envie de vous parler.  Cet ouvrage collector, spécial 40 ans, regroupe deux histoires d’Ernest et Célestine : Ernest et Célestine ont perdu Siméon et Les questions de Célestine, ainsi qu’un dossier documentaire sur le travail de l’artiste. Ces histoires correspondent à la première écrite par Gabrielle Vincent et à sa dernière, publiée de manière posthume.  C’est un très beau livre, à la couverture soignée. D’un fond bleu ciel, se détachent une illustration mo

La musique des âmes, de Sylvie Allouche

Paris. 1942. Simon et Matthias sont deux amis inséparables. Simon Lipmann est le fils d’un luthier juif de la rue de Rome. Il est passionné de musique, et joue merveilleusement bien du violon. Les parents de Matthias Morel sont journalistes. Ils vivent quelques rues plus loin, avec Henriette, la grand-mère. Matthias a dû mal à accepter la nouvelle marche du monde. Bien des choses le préoccupent et le troublent : l’affiche « Entreprise juive » sur la vitrine du papa de Simon, les queues devant l’épicerie pour pouvoir acheter quelques denrées avec les tickets de rationnement, les langues de vipères qui importunent Mr Lipmann … Et pourquoi ses parents se montrent-ils si distants ?  De leur côté, les Lipmann sont de plus en plus inquiets. Nathan ne vend quasiment plus d’instruments. Joseph, le grand-père, pense que les Allemands vont emmener tous les juifs hors de France. Alice, la mère, pleure de devoir coudre des étoiles jaunes sur les vêtements de toute la famille.  Matthias continue à