Accéder au contenu principal

La course en livre, de Claude Ponti


Quand arrive un nouveau « Claude Ponti », on se demande toujours quelle surprise, il va nous réserver.

Et celui-ci ne manquera pas de vous surprendre.



Et cela dès la réception ! Un livre pour des 5 ans, aussi épais ? Et ces pages rouges ? Etonnant !

Ouvrons le livre. Oh ! Un poussin, bien sûr.

Un poussin qui court. Bien entendu, puisque « c’est une course dans un livre ». Il court dans tous les sens ; et nous retourne les sens.

"Ce poussin, il est libre comme l’air que l’on respire dans les livres".



L'auteur nous pousse à toute une série d’interrogations sur l’univers du livre. 

Faudra-t-il chercher à démêler le vrai du faux, le faux du vrai ?
Non !

Le texte ? L’image ? Quel sens faut-il leur donner ? Mettront-ils en alerte tous nos sens ? 

Allons-nous à contre-sens ? Ou peu importe le sens ?

Nous en perdons le sens !



De toute manière, « impossible d’être prisonnier d’un livre ; on en sort quand on veut ».
Et quand le livre est fini ? « Hop ! Demi-tour » !


Tout l’univers à la Ponti, parfois déroutant, pour les non-initiés. Mais tellement succulent lorsque l’on sait s’y plonger.




Et si vous voulez en voir un peu plus, une petite vidéo sympa : 
 



Titre : La course en livre               Auteur : Claude Ponti
Editeur : L’école des Loizirs ( !!!)
Date de première parution : 15 novembre 2017


*Merci à L'Ecole des Loisirs





 Je participe à "Chut, les enfants lisent!" : http://www.devinequivientbloguer.fr/




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Cache-cache avec Petit Noun, de Géraldine Elschner et Anja Klauss

Mêler littérature et art, quelle belle idée ! C’est le pari de la maison d’édition « L’élan vert », à travers sa collection « Pont des arts », et quelques titres, comme celui dont je vais vous parler aujourd’hui. L’idée est de faire découvrir une œuvre d’art à travers une histoire. Un bon moyen d’initier les enfants à l’art, dès le plus jeune âge.
Le livre que je souhaitais vous présenter aujourd’hui s’intitule : Cache-cache avec Petit Noun.


Petit Noun, l’hippopotame, adore jouer à cache-cache. 1, 2, 3, le papillon doit le chercher. Petit Noun essaie de se fondre dans les couleurs de son environnement pour ne pas être retrouvé. Mais, maman l’appelle ; c’est l’heure du bain. Petit papillon l’a trouvé ; à lui de se cacher.


Mais qui est réellement ce Petit Noun ? Une figurine de terre très ancienne fabriquée par les potiers du Nil, et que l’on peut rencontrer au Musée du Louvre.
Le texte de cet album est simple, les illustrations colorées, et le héros sympathique. De quoi séduire les pet…

Mes petits moments choisis, d'Ella Charbon

Dès le plus jeune âge, chacun est confronté au fait de devoir faire des choix.
Il en est ainsi également pour le gros ours, personnage central de cette histoire.


Sur chaque double-page de ce livre, se trouve une interrogation accompagnée d’une image, avec deux volets ; et donc, pour notre ami l’ours, deux ou trois possibilités.
Par exemple, « Pique-niquer ou observer ? ».D’un côté, il peut observer les insectes ; de l’autre, il peut manger du miel. Et si l’on ouvre les deux volets en même temps, l’ours peut pique-niquer en observant les insectes !



Cet album s’adresse aux tout-petits. Les questionnements sont simples, et font appel à des situations du quotidien. Bon point ! Les illustrations sont douces et colorées. Nouveau bon point ! Ce livre-objet avec des flaps est cartonné. Parfait !
Un petit aveu : nous, on a une petite préférence pour les premières pages ; peut-être un peu plus parlantes.


Un livre pour vos petits oursons. Pour faire des choix en s’amusant ; ou pour s’amuser à ne pas…

Même pas peur ! , Barroux *CONCOURS*

« Bah, moi, j’ai même pas peur ! » Vous avez déjà entendu cette phrase dans la bouche de votre petit.e intrépide ? Alors, ce livre est fait pour lui !


Le petit héros de ce livre n’a peur de rien : pas du vacarme de la ville, pas du grand bain à la piscine, pas même de l’orage … Et vous savez pourquoi ? Parce qu’il a son doudou, pardi ! Mais surtout (chut ! ne dites rien, c’est la surprise de la fin du livre) parce qu’il sait que les gens qu’ils aiment seront toujours là pour lui.


Toutes les illustrations sont faites de nuances de gris et de blanc, accompagnées de quelques touches de jaune et de rouge. Les couleurs sombres pour la peur, les couleurs vives pour les surmonter ; c’est bien joué !
Vous l’aurez compris, cet album traite de thèmes qui parlent à nos loulous : la peur, l’objet transitoire qu’est le doudou et qui aide à tout affronter, l’amour et la protection parentale …


Je trouve qu’il peut être aussi un bon moyen d’ouvrir le dialogue avec son enfant.
On peut leur expliquer qu’…