Accéder au contenu principal

A l'heure anglaise


Aujourd’hui, je vous propose de vous mettre à l’heure anglaise, avec trois livres mettant la capitale britannique et la langue anglaise à l’honneur. 

Tom et Kate, fraîchement arrivés à Londres avec leurs parents diplomates, sont invités sur le tournage d’un film à Notting Hill. Grâce à l’assistante de la réalisatrice, ils vont découvrir les décors et plus particulièrement, une librairie, qui sera le lieu de rencontre des deux personnages principaux du film. Tom est surpris de s'apercevoir que les livres de la boutique sont factices, sauf l’exemplaire rare de Roméo et Juliette prêtée par le libraire du quartier. Bien que le livre soit l’objet de toutes les intentions, il va être dérobé ; l’occasion pour Tom et Kate de mener leur enquête. 
Voici en quelques mots l’une des histoires de Les deux de Baker street/Mission Londres. « Les deux », ce sont, bien sûr, Tom et Kate, les héros des trois enquêtes qui composent ce livre bilingue. La grande majorité des histoires sont écrites en français, mais quelques mots anglais se sont glissés entre les lignes. Ce sont des mots du quotidien, des mots faciles à comprendre dans le contexte, ou bien déjà rencontrés par nos petits écoliers ; ce qui ne freine en rien la compréhension, au contraire c’est un vrai petit plus. En fin de livre, on retrouve un mémento pour la langue et des encadrés « en savoir plus » pour la culture. Le livre est accessible dès 8 ans, mais on peut très bien imaginer une lecture conjointe adulte-enfant pour ceux que cela effraierait. Le vocabulaire est riche et les récits montrent une vraie volonté d’initier à la culture britannique. Certaines situations dans lesquelles se retrouvent nos deux héros pourront paraître improbables, voire tirées par les cheveux à certains adultes, mais je crois que c’est finalement ce qu’aiment les jeunes lecteurs. Chaque histoire se termine par une question permettant de résoudre l’enquête. Mais pour moi, l’essentiel n’est pas là, mais davantage dans le récit. Les illustrations dans un style très « dessins animés » contribuent au succès de l’ouvrage auprès des enfants. 

Les deux de Baker Street/Mission Londres — Tome 1, de Pascal Brissy et Garance Royère — Gulf Stream éditeur — 2021
Dès 8 ans 


Dans ce livre, Gadou, le petit personnage créé par Mr Tan (qui est aussi le papa de l’incontournable BD Mortelle Adèle), va découvrir la ville de Londres. Gadou est un petit panda à l’air malicieux et curieux. Il invite le petit lecteur à le suivre à travers Londres, lui présentant objets et lieux emblématiques. Ces éléments symboliques de la culture britannique sont mis en avant comme dans un imagier, et traduits en anglais pour une première approche de la langue. Selon moi, c’est le livre idéal à glisser dans la valise pour un premier séjour outre-Manche. 
Gadou est le personnage d’une série : vous pouvez déjà le retrouver au Japon et à Paris, et bientôt il visitera New York. 

Gadou à Londres, de Mr Tan – Bayard jeunesse — 2022
Dès 12 mois


Musique ! 
Les éditions Larousse jeunesse proposent aux touts petits de découvrir cinq comptines anglaises, à travers un tout cartonné à puces. Les enfants raffolent de ces livres où ils n’ont qu’à poser le doigt pour déclencher de la musique. Ils appuient, ils écoutent, et parfois même se mettent à chanter ; et vous, vous n’entendez plus que cela à longueur de journée (psst, il y a un bouton on/off) ! Les comptines et chansons sont la base de la culture enfantine et de la culture d’un pays. De plus, entendre une langue étrangère, c’est déjà s’y familiariser. Ce livre est donc une vraie bonne idée. 

Mes plus belles comptines en anglais, illustré par Marie Paruit – Larousse jeunesse — 2021
Dès 2 ans



Bonne lecture !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable