Accéder au contenu principal

Rencontre avec ... Georgette

Régulièrement, j'aime partir à la rencontre de toutes ces personnes qui font le petit monde du livre. 

Après vous l'avoir faite découvrir à travers ses albums, je vous propose aujourd'hui d'en savoir un peu plus sur l'autrice-illustratrice Georgette. 

Source : Georgette

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

Je suis donc autrice et illustratrice dans l’édition, pour la petite enfance en particulier. J’ai fait mes études à l’école Emile Cohl à Lyon il y a un bon bout de temps déjà et j’ai travaillé ensuite beaucoup pour la presse jeunesse, les loisirs créatifs, les imageries et le jouet. À l’époque je ne travaillais pas encore sous le pseudonyme Georgette. J’ai « créé » Georgette (c’est le prénom de ma grand-mère) il y a 3 ans environ car j’avais envie et besoin de me réinventer artistiquement. Depuis je crée sous ce nom des albums pour les petits !


Ce métier d’autrice/illustratrice fut-il une évidence ? Auriez-vous pu exercer une autre profession ?

Même si parfois c’est un métier difficile, ce fut et c’est encore une évidence pour moi, je sais que c’est là qu’est ma place. Je ne me vois pas vraiment faire un autre métier que celui-là.


Qu’est-ce qui arrive en premier dans votre processus de création, texte ou illustration ? Vous sentez-vous aussi à l’aise avec les mots et qu’avec les images ?

Alors c’est assez variable, quand une idée me vient je la pose tout de suite dans un de mes carnets à idées, si c’est une histoire c’est souvent par le texte que je commence et si c’est une idée de livre pour tout-petit ou de livre à systèmes (avec des flaps ou de la découpe par exemple) ce sera sous forme de dessins, de petite maquette. Pour moi, le texte et les images sont intimement liés, même si le texte n’est composé que de quelques mots je trouve qu’il a son importance et son rythme aussi est important car il va être lu à haute-voix.


D’où vous est venu cette idée de personnages aux bouilles rondes, si caractéristiques de votre travail ?

Des gommettes! J’aime beaucoup ça et j’ai commencé par faire des essais d’images avec des gommettes de toutes les tailles et de différentes couleurs. Ça m’a obligé à penser mes images complètement différemment et j’ai trouvé ça assez libérateur. Ensuite je suis passé à l’exécution par ordinateur car je peux travailler avec toutes les couleurs que je veux et faire jouer les transparences.


Quelles techniques d’illustrations utilisez-vous ?

Je commence au crayon ou au stylo par faire des petits croquis de recherches, ensuite je les re-dessine dans un plus grand format pour créer une petite maquette, pour voir si les images s’enchaînent bien et, s’il y a des systèmes, s’ils fonctionnent correctement d’une page à l’autre. Je scanne ensuite mes maquettes pour faire la couleur à l’ordinateur. Je procède comme si c’était du papier découpé, avec des formes géométriques que j’associe entre elles.


Pourquoi avoir choisi d’écrire et d’illustrer pour les tout-petits ? 

Je n’ai pas vraiment « choisi » en fait, je n’ai simplement jamais arrêté d’adorer les livres jeunesse, donc c’était naturel. Je fais des livres pour les enfants bien sûr, mais aussi pour la petite fille que je suis toujours.


Avez-vous un « chouchou » dans vos livres déjà parus ?

Je les aime vraiment tous et j’ai essayé de mettre un petit bout de moi dans chacun, mais disons que c’est dans « Familles » qu’est le plus gros bout :)


Avez-vous eu l’occasion d’aller à la rencontre de votre public en dédicace ou en salon ? Est-ce un moment que vous appréciez ou qui vous est difficile ?

Alors non, pas sous le nom de Georgette en tous cas. Je devais le faire à plusieurs reprises l’année dernière, pour mes sorties de livres, mais le contexte sanitaire a fait que tous les événements ont été annulés. Et sinon, non, je ne suis pas très à l’aise dans ces moments là, ce n’est pas évident pour moi. Mais c’est une de mes résolutions pour l’avenir, dépasser ma timidité et peut-être y prendre goût, qui sait?


Quelle lectrice êtes-vous ? Une dévoreuse de livres ? Quel type de livres, aimez-vous lire ? En jeunesse, y-a-t-il un·e auteur·rice ou un·e illustrateur·rice dont vous admirez particulièrement le travail ?

J’adore les livres et je lis de tout: des romans, des classiques, de la littérature ado, des bande-dessinées et des livres jeunesse. Je vais au moins une fois à la bibliothèque par semaine et revient avec 10 kilos de livres à chaque fois.

En jeunesse, il y a beaucoup d’autrices et d’auteurs dont j’aime le travail, il y a vraiment de chouettes albums qui existent et qui sortent régulièrement donc c’est très difficile de choisir un ou une préféré.e. Mais parmi les « anciens », ceux que j’aime depuis mon enfance il y a Richard Scarry, Arnold Lobel et Gyo Fujikawa.


Des projets à venir ?

Oui! Je travaille sur plusieurs livres en même temps, une nouvelle histoire dans la collection« Monsieur Monsieur », des petits livres-éveil avec des découpes et puis de nouveaux projets tirés de mes carnets encore à faire évoluer pour qu’ils prennent forme éditable. 


Un grand merci à Georgette d'avoir répondu à mes questions. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Francisco, de Perceval Barrier

      Francisco est le pompiste d’une station-service, située en plein désert. Du passage, il n’y en pas beaucoup, et cela lui convient très bien. En tant que chat sauvage, il aime la solitude. Ce soir-là, il fait le plein, pour la famille Lapin, la maman et ses trois enfants. Ils partent pour la mer, et ne vont pas trop s’attarder à la station ; sauf que, problème, la voiture ne redémarre pas. A la nuit tombée, la famille est toujours là, et le pompiste ferme boutique. Les malheureux se résignent à dormir dans leur voiture, jusqu’à ce que le chat les invite cordialement à rejoindre son appartement sous la station. Les lapins investissent le lieu avec joie, bousculant les habitudes du grincheux. Pour son plus grand plaisir ? En re-demandera-t-il ? Nous, on l’adore, ce Francisco, avec son allure de chat grognon. On le brosserait bien dans le mauvais sens du poil, pour le faire rigoler. Finalement, c’est un peu ce que fait la famille Lapin, en le sortant de sa solitude : elle lui se