Accéder au contenu principal

Lucky Joey, de Carl Norac et Stéphane Poulin

New York. Sur une branche aux feuilles flamboyantes, Joey, l’écureuil, se réveille. Il s’apprête à aller travailler. Il exerce un métier périlleux : laveur de vitres, sur les plus hauts gratte-ciels de New York. Son cœur bat pour Léna, qu’il connaît depuis toujours et qui est repasseuse chez Dry Express. Ils ne roulent pas sur l’or, mais ils rêvent, malgré tout, d’un beau mariage et d’un voyage de noces loin de la ville. Mais en attendant, il faut travailler dur, et les habitants des buildings ne sont pas toujours très sympathiques, avec le petit laveur de carreaux. Heureusement, Joey s’est lié d’amitié avec le gentil Monsieur Grizzly, qui le régale de ces délicieux cookies. Un matin, le vieil ours n’est plus là; il a dû être hospitalisé. Néanmoins, il a laissé à son ami l’écureuil une enveloppe contenant une lettre et un collier ayant pour pendentif une noisette en or. Allant de malchances en problèmes, Joey et Léna perdent successivement leurs emplois. Sans le sou, Joey décide de vendre la noisette dorée de Monsieur Grizzly. C’est alors que celle-ci se brise, laissant apparaître le secret du vieil ours. Serait-ce la chance de sa vie?

Avant même d’ouvrir le livre, je suis tombée sous le charme de la magnifique illustration de première de couverture. Puis, mon coup de cœur s’est confirmé. Page après page, on y retrouve la poésie des mots de Carl Norac, accompagnée par les magnifiques peintures à l’huile de Stéphane Poulin. On suit Joey et Léna, dans un New York sublimé, à la conquête de leur rêve américain. Happy end garanti! Malgré les difficultés rencontrées par les deux héros, ça dégouline de bons sentiments et de joie de vivre. Et, waouh, ce que ça fait du bien! J’aime depuis toujours la prose et la poésie de Carl Norac. Avec cet album, je suis en admiration devant le travail d’illustration de Stéphane Poulin. Rien n’est laissé au hasard. Les personnages anthropomorphisés semblent plus vrais que nature; leurs regards et leurs postures laissant transparaître leurs caractères et leurs sentiments. Les couleurs utilisées, et les nombreuses références nous plongent dans la douceur automnale, de l’Amérique du début du XXe siècle. Le cadrage nous permet d’être, tour à tour, petit rongeur perdu dans le grand New York, ou spectateur émerveillé. On en prend plein les yeux! Un livre sublime à lire pour se persuader de croire en ses rêves.

 

Bonne lecture!

Dès 5 ans

 

Lucky Joey
Texte de Carl Norac, illustré par Stéphane Poulin       
L’école des loisirs, dans la collection Pastel
Novembre 2020

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

C'est quoi un bookface ?

Ce samedi 19 janvier, lors du salon BLOG’IN TOURS , au grand théâtre de Tours, nous vous proposerons tout au long de la journée de faire des bookfaces. Bookface  ? C’est quoi un bookface ? Reprenons nos bases d’anglais ! Book, c’est le livre ; face, c’est le visage. Le bookface, c’est donc l’art de réaliser un portrait photographique, en plaçant une couverture de livre devant son visage. Pour un bookface réussi, il faut jouer au maximum avec le visage représenté sur la couverture, les détails du livre et de l’environnement, ainsi que les couleurs. Dernier point, il faut tenter de respecter les proportions, pour que l’illusion fonctionne au maximum.  Alors, vous venez jouer avec nous, samedi prochain ? Nous serons cinq  blogueuses pour vous accueillir : Mademoiselle Maeve , Between the Books , Somewhere over the teapot , Bérengère, et moi-même. 

Affamé comme un loup, de Silvia Borando

Qui a dit que les livres pour les petits devaient être pauvres en texte ? Sûrement pas la maison d’édition Little Urban, qui nous propose ici un livre de Silvia Borando mettant en images une série d’expressions animalières. Dans une forêt, se trouvait un loup affamé. Sans attendre, le lièvre prend donc la fuite. Il tente d’entraîner avec lui l’escargot, qui s’avère lent comme … un escargot ! Il l’emmène donc sur son dos. Puis, il rencontre le loir. Lui non plus ne veut pas fuir, puisqu’il dort comme … un loir ! Alors, le lièvre décide de le traîner. Finalement, les voilà face à un âne, qui ne veut pas fuir puisqu’il ne croit pas à cette histoire de loup ; il est têtu comme … un âne ! Tant pis pour lui, qu’il reste là ! Heureusement, l’équipe arrive chez la taupe qui peut les conduire à l’abri. Elle assure ne pas voir le loup. Tout va bien donc … à moins qu’elle ne soit myope comme une taupe ! Je ne vous dévoilerai pas la fin pour maintenir la surprise ; mais promis, personne

Les éditions Margot nous emmènent en voyage et en vacances

« Créées en 2012, les Éditions Margot n’ont qu’un seul mot d’ordre : faire de beaux livres ! Des objets soignés, aux finitions raffinées, avec une mise en page faisant la part belle aux illustrations. » Je ne saurai dire mieux ! Jolie découverte pour moi, que cette maison d’éditions, dont je vais, sans nul doute, surveiller les parutions à venir.     Le voyage de Samy Bear Dans cet album, nous suivons Samy Bear dans ses souvenirs, et dans son voyage à bord d’un bateau de bois construit de ses mains. Le voyage est ici utilisé comme une métaphore, car cette histoire se veut être une réflexion sur la vie et sur le temps qui passe. La vie est un beau voyage, adouci par les rencontres, la musique et les mots. Chaque personnage rencontré devient à la fois vecteur d’émotions et guide pour Samy. Au-delà de l’histoire, j’ai eu un vrai coup de cœur pour les illustrations. Samy est un ours, bien entendu ; un ours aux joues rondes et au pelage bleu. Il me rappelle un peu le te