Accéder au contenu principal

La petite souris, la fraise bien mûre, et l'ours affamé, de Audrey Wood et Don Wood


   Allez, vous pouvez me le dire, les fraises de votre potager ou des étals du marché, vous font saliver, en ce moment ; n’est-ce pas ?

Vous n’êtes pas les seuls !




La petite souris de cette histoire rêve de manger la grosse fraise bien mûre de son jardin. Elle s’apprête à la cueillir ; mais elle se fait interpeller par le narrateur de l’histoire.
« Dis-moi, petite souris, tu n’as jamais entendu parler du gros ours affamé ? »
Non, elle ne sait pas qui sait. Le narrateur va donc lui expliquer que celui-ci adore les belles fraises bien mûres. Ni une, ni deux ; pendant que le narrateur continue ses explications, elle déploie toute son énergie pour s’emparer du fruit, le mettre à l’abri, et le protéger.
Mais le narrateur connaît le moyen de sauver cette fraise du gros ours : la partager avec lui, le narrateur !




   Vous l’aurez comprise, c’est un album avec plusieurs niveaux de lecture.
Il faut lire le texte, bien sûr.
Mais aussi voir ce que nous raconte les illustrations.
Et enfin, comprendre l’implicite. (Vous vous en pensez quoi de l’idée de partager le fruit ? Joli stratagème !)
Le tout, faisant un album très riche. J’adore !

   Les illustrations sont savoureuses, aussi. Attardez-vous un peu sur les expressions de la souris. Elles sont terriblement bien représentées.





   Alors, bonne dégustation ; et surtout, bonne lecture !


Dès 3 ans


Titre : La petite souris, la fraise bien mûre et l’ours affamé.
Auteur / Illustrateur : Audrey Wood et Don Wood                   
Editeur : Mijade 
Date de première parution : 1988 (1998 puis 2003, chez cet éditeur)


Je participe à "Chut, les enfants lisent" : http://www.devinequivientbloguer.fr/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son

Des vacances timbrées, de Mathilde Poncet

Vous avez l’impression, que cette année, vos vacances n’ont rien d’ordinaire ? Celles que je vais vous raconter ne le sont pas vraiment, non plus. On pourrait même les qualifier d’extra-ordinaires.   Alice écrit une lettre à sa grand-mère depuis sa colonie de vacances. Elle y décrit les différents moments, qui font ce genre de vacances. Elle a voyagé en train, seul pour la première fois, avant de retrouver les autres vacanciers. Tous campent au bord d’un lac. En journée, ils y font des activités de plein air ; le soir, ils y organisent des veillées au coin du feu. Alice raconte également les visites de château, randonnées, rencontres avec la population locale… Rien n’est oublié. Enfin, elle poste sa lettre. La lettre arrive rapidement chez sa destinataire, qui ne manquera, bien sûr, pas de lui répondre. Je vous entends déjà. Vous allez me dire, que cela ressemble à n’importe quelle colonie de vacances. C’est vrai … Mais uniquement, si vous vous en tenez à la seule lecture du text

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl