Accéder au contenu principal

Les pyjamasques et ...

Aujourd’hui, je vous parle des Pyjamasques.

Mon fils étant un fan du dessin animé diffusé sur France 5 dans les Zouzous, quand il a vu un prospectus annonçant une dédicace de l’auteur, il m’a dit : « On y va ! »




Nous avons donc pu découvrir les albums des Pyjamasques et leur auteur, Romuald.


C’est une série d’une vingtaine d’albums, ayant pour personnages principaux, trois petits super-héros. Ce ne sont pas des super-héros comme les autres, puisque ce sont en fait trois enfants qui le soir venu, enfilent d’étranges pyjamas leur conférant des pouvoirs.

Ce sont des super-héros sympas : pas de violence, comme avec d’autres héros. Les albums sont colorés. Les trois personnages ont chacun leurs caractéristiques. Chaque enfant peut donc se trouver son préféré. Le texte est riche : vocabulaire, jeux de mots, références littéraires … Tous les ingrédients sont réunis pour que nos enfants (garçons comme filles) adorent !

On sent que les albums ont été créé avant le dessin animé. Et non l’inverse. Dans le cas inverse, on a souvent des mots plaqués sur des images, donnant un résultat sans intérêt. Ce n’est pas le cas ici.
On perçoit aussi facilement la passion de l’auteur, à la fois pour le dessin comme pour les mots. L’un n’étant pas lésé au profit de l’autre.

J’avoue, sans mon fils, je ne serai sûrement pas allée vers ces albums. La preuve est, qu’il faut faire confiance aux petits lecteurs, car je ne regrette pas cet achat.




Et pour ne rien gâcher l’auteur, Romuald, est très sympathique. Lors de la dédicace, il a réalisé une superbe illustration pour mon héros à moi. Il a discuté avec nous, répondant à nos questions et nous racontant sa façon de créer. Une très chouette rencontre !





Je vous parle du préféré sur les deux albums achetés ? Oui ?

C’est « Les pyjamasques et le grogarou », le premier de la collection. Par une nuit de pleine lune, Yoyo, Bibou et Glugu rencontrent une bête qui rôde : le Grogarou ! Mais ils n’ont pas peur et combattront, à leur manière et avec humour, ce monstre peut-être pas si méchant. Quoique !
Avec même une petite référence au Petit Chaperon Rouge.



« Nom d’une brochette de p’tits cochons ! rugit la bête en colère. Ca, c’est sûr, vous allez avoir de gros ennuis, car je suis un grogarou. Et je vais vous dévorer tout crus ! »














Titre : Les pyjamasques et le grogarou
Auteur : Romuald 
Editeur : Gallimard jeunesse       Collection : Giboulées
Date de première parution : 2007


Certaines photos ont été prises lors de la dédicace du samedi 11 juin 2016 à la librairie La Boîte à livres de Tours.


Je participe à "Chut, les enfants lisent" #7 : http://www.devinequivientbloguer.fr

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas, merci pour cette découverte! Les illustrations ont vrt l'air très belles!

    RépondreSupprimer
  2. Oh génial et quel chance d'avoir fait cette rencontre ! j'aime beaucoup ces petits personnages

    RépondreSupprimer
  3. J'en ai entendu parler mais je n'ai jamais vu ça à l'air sympa comme tout! et rencontrer l'auteur quelle chance :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est toujours sympa de rencontrer les auteurs en dédicace.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser un commentaire. J'aime bien vous lire !

Posts les plus consultés de ce blog

La révolte, d'Eduarda Lima

Un jour, un oiseau s’arrêta de chanter. Il fut immédiatement suivi dans cette action par l’ensemble de ces congénères. Puis, animaux domestiques, comme animaux sauvages se murèrent à leur tour dans le silence. Plus aucun bruit, plus aucun mouvement : les vaches ne donnaient plus de lait, les éléphants du cirque ne faisaient plus le poirier… Les journaux commencèrent à croire que les animaux avaient conclu un pacte entre eux. Ils semblaient unis autour d’une même cause. D’ailleurs, ils furent bientôt rejoints dans cette lutte par les enfants. Le monde restait muet. Mais pourquoi ?   En voilà un silence qui fait grand bruit. Parfois, nul besoin de barricades, et de slogans pour se faire entendre. De même, nul besoin de grands discours, quand les dessins parlent d’eux-mêmes. Écouter, observer, réfléchir ; c'est ainsi que l’enfant donnera sens à ce texte. Car La révolte (forcément avec un titre pareil) fait partie de ces livres qui poussent à la réflexion. Pollution, surabondance de pl

Flon-Flon et Musette, de Elzbieta

      En ce jour de 11 novembre, et donc de commémorations, je ne pouvais que vous parler de ce livre. C’est un petit trésor. La guerre, c’est un sujet bien difficile à aborder avec les enfants. Mais, dans cet album, Elzbieta arrive à le faire avec délicatesse et poésie. Ce sont des qualités que l’on retrouve à la fois dans le texte et dans les illustrations. «La guerre ne meurt jamais, mon petit Flon-Flon. Elle s’endort seulement de temps en temps. Et quand, elle dort, il faut faire très attention de ne pas la réveiller.  » Et si je vous parlais de l’histoire en quelques mots ? C’est l’histoire de deux (lapins) enfants, Flon-Flon et Musette, séparés par la guerre. Cette guerre, Flon-flon ne la comprend pas. Pourquoi ne peut-il plus voir Musette ? Pourquoi ce père qui part et qui revient brisé ? Et puis, d’abord, pourquoi la guerre ? L’auteur arrive à mettre des mots sur tout cela. Je ne vous révèle pas la fin de l’histoire. Mais, vous la voyez probable

Balto. Le dernier des valets de cœur, de Jean-Michel Payet

Balthazar B, plus connu sous le nom de Balto, vit dans la Zone, faubourg misérable qui ceinture la ville de Paris. Son boulot, c’est de fabriquer des paniers ; enfin, officiellement … Sa famille, ce sont Mme Gambette et Victor. Mme Gambette l’a recueilli alors qu’il n’était qu’un bébé, faisant ainsi de lui le frère de Victor. Le frangin, cela fait un moment que Balto ne l’a pas vu. En effet, celui-ci a été condamné à mort pendant la guerre 14/18, s’est échappé avant son exécution ; et personne ne sait vraiment où il se trouve. Alors quand Victor fait passer un message à Balto via un petit papier dans une miche de pain, ce dernier est agréablement étonné. Rendez-vous est donné aux Batignolles chez le réparateur de vélos Escartefigue. Mais quand Balto arrive celui-ci est mort, et point de Victor. Pire que cela, une journaliste le photographie sur le lieu du crime, faisant de lui le coupable idéal. Dans ce Paris des années 20, il faudra alors suivre Balto menant l’enquête pour prouver son